VIDÉO - Dans un Beyrouth détruit, un premier mariage après l'explosion

VIDÉO - Dans un Beyrouth détruit, un premier mariage après l'explosion
International

REPORTAGE - Après l'explosion qui a tué plus de 150 personnes et dévasté Beyrouth, les habitants de la capitale libanaise tentent malgré tout de reprendre la vie quotidienne. Nos équipes ont assisté au premier mariage depuis l'explosion, tout près des lieux du drame.

Au sol, quelques éclats de verre décorent l’allée. Les vitraux de cette petite église de Beyrouth ont été soufflés par la déflagration de l’explosion. Au milieu des décombres, Renata, vêtue de sa robe blanche parsemée de paillettes, s'avance vers celui qu’elle doit épouser, Rabih. Sur le visage des deux amants, un grand sourire se dessine. Ce vendredi 7 août est un jour heureux malgré tout. Celui de leur mariage. Le premier à avoir lieu depuis la catastrophe qui a fait plus de 150 morts mardi dernier.

La cérémonie était prévue depuis longtemps. Malheureusement, elle s'est déroulée en petit comité. Seule la famille proche est venue, soit une douzaine de personnes au total. Mais pour les mariés, c’est déjà exceptionnel. "Nous sommes bénis d'être ensemble et rien ne pourra s'immiscer entre nous" affirme Rabih au micro de TF1, convaincu que "quoi qu'il arrive, à la fin, c'est l'amour qui gagnera".

Lire aussi

Quelques témoins inattendus assistent tout de même à la scène depuis la rue. Venus nettoyer les dégâts de l’explosion, ils s’accordent une pause pour observer ces jeunes mariés. Dans un tout autre contexte, la scène aurait été assez banale, un simple épisode de la vie d’un couple. Les traditions de mariage, elles, ne changent pas : deux invités amènent sur leurs épaules le marié et la mariée, qui tentent de s’embrasser.  De nombreuses photos sont prises pour immortaliser l'instant où la mariée lance son bouquet à destination des autres femmes présentes à la cérémonie. 

Toute l'info sur

Le Liban meurtri par les explosions à Beyrouth

Les dernières informationsLes images terribles de la double explosion

"Je sais ce n’est pas le moment idéal pour un mariage, avoue Despina Zouein, la sœur de Renata, mon cœur de Libanaise est brisé". Derrière, la mariée montre à la caméra, sa solidarité aux Beyrouthins. Ses bras sont levés en signe d’encouragement. "La vie doit continuer, finit par conclure Despina. Il faut qu’on ait de l’espoir". De l'espoir, mais aussi de la joie et une histoire à bâtir dans une ville qui va devoir se reconstruire.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent