VIDÉO - De retour au Pakistan pour la première fois depuis 2012, la prix Nobel de la Paix Malala fond en larmes

DirectLCI
ICÔNE - La militante du droit des femmes et plus jeune lauréate d’un Nobel est arrivée en catimini ce jeudi dans son pays, après l’avoir quitté dans des circonstances dramatiques.

Submergée par l'émotion, elle n'a pu contenir ses larmes. La prix Nobel de la Paix Malala Yousafzai a retrouvé ce jeudi son Pakistan natal, qu'elle a dû laisser après avoir été évacuée d'urgence en Grande-Bretagne. En 2012, elle avait reçu une balle dans la tête au cours d'un attentat à son retour de l'école.


"Je suis très heureuse. Je n'arrive toujours pas à croire que je suis ici",  a-t-elle déclaré, bouleversée, dans un discours prononcé à la résidence du Premier ministre Shahid Khaqan Abbasi à Islamabad, quelques heures après une arrivée qui a pris le pays de court, rapportent nos confrères de l'AFP.

Si cela avait été possible, je ne l'aurais jamais quittéMalala Yousafzai, à propos du Pakistan, son pays natal

"Ces cinq dernières années j'ai toujours rêvé de pouvoir revenir dans mon pays", a-t-elle lancé devant le public. "Si cela avait été possible, je ne l'aurais jamais quitté", a-t-elle ajouté, évoquant avec nostalgie la "beauté" de sa vallée natale de Swat, 

parfois comparée à la Suisse pour ses paysages verdoyants. 


"Nous sommes vraiment ravis que notre fille, qui a fait beaucoup pour le nom du Pakistan, soit de retour à la maison", a pour sa part déclaré de son côté le chef du gouvernement. "Vous recevrez un respect total ici", a-t-il continué au sujet de la jeune fille aujourd'hui âgé de 20 ans.


Son retour a aussi été salué par un bon nombre de ses compatriotes sur les réseaux sociaux. "Bienvenue à la maison" a ainsi commenté un internaute sur Twitter. Tu es " un symbole de paix et de courage[...] tu es notre véritable héroïne comme tous les autres qui ont combattu et fait des sacrifices pour l'éradication de la terreur du Pakistan" a-t-il affirmé. "Pourquoi tant de haine ?", s'est également interrogée une femme sur ledit réseau social.

Si Malala est très populaire en Occident, elle fait moins l'unanimité dans son propre pays où certains la considèrent comme un "agent de l’étranger" payé pour dénigrer le Pakistan. Dénoncée dès le départ par les cercles islamistes radicaux opposés à l’émancipation des femmes, Malala a vu la défiance à son encontre s’étendre à une partie de la classe moyenne pakistanaise, favorable au droit à l’éducation mais qui ne supporte pas de voir ternie l’image de leur pays.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter