VIDÉO - "Je meurs pour ma patrie" : à la cérémonie de Portsmouth, Emmanuel Macron lit la lettre du résistant Henri Fertet

International

Toute L'info sur

75 ans du D-DAY

HISTOIRE - Le président français a lu la lettre de Henri Fertet, garçon de 16 ans, fusillé pour faits de résistance, ce mercredi lors de la cérémonie internationale du 75e anniversaire du Débarquement.

"Je meurs pour ma patrie." C'est une lettre particulièrement poignante qu'Emmanuel Macron a lu ce mercredi lors de la cérémonie du 75e anniversaire du Débarquement. Devant les dirigeants internationaux, les vétérans et leurs familles, le chef de l'Etat a mis en lumière le texte de Henri Fertet, un jeune homme qui n'avait que 16 ans lorsqu'il a été fusillé pour faits de résistance. 

Après 87 jours d'emprisonnement et de torture, le garçon avait écrit à ses parents. "Je veux une France libre et des Français heureux. Non pas une France orgueilleuse et première nation du Monde, mais une France travailleuse, laborieuse et honnête. Que les Français soient heureux, voilà l'essentiel... Papa, je t’en supplie, prie. Songe que, si je meurs, c’est pour mon bien. Quelle mort sera plus honorable pour moi que celle-là ? Adieu, la mort m'appelle, je ne veux ni bandeau ni être attaché". "C'est quand même dur de mourir. Mille baisers. Vive la France".

Série d'hommages à d'autres auteurs d'actes héroïques

Fils d'instituteur, élève de seconde à Besançon (est de la France), Henri Fertet a été arrêté en 1943 chez ses parents puis exécuté dans la même ville le 26 septembre 1943, avec 15 de ses 23 co-inculpés.  

L'hommage du chef de l'Etat s'inscrit dans la série de ceux qu'il a rendus à d'autres auteurs actes héroïques, comme le colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame, assassiné après s’être sacrifié pour une otage lors d'une attaque terroriste, ou les deux soldats tués en mai en libérant des otages français au Burkina Faso. Sans oublier le jeune migrant malien Mamoudou Gassama, reçu à l'Elysée puis naturalisé pour avoir sauvé un enfant en escaladant la façade d'un immeuble parisien.

La lettre d'Henri Fertet fait écho à celle de Guy Môquet, jeune militant communiste, fusillé par les Allemands en 1941 à 17 ans, en représailles de l'assassinat d'un chef militaire allemand. Le président Nicolas Sarkozy avait demandé en 2007 qu'elle soit lue dans toutes les écoles.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter