VIDEO - Délit de selfie en Iran

International
DirectLCI
CENSURE - Depuis mars dernier, c’est une véritable chasse aux sorcières qui est menée en Iran à l’encontre des femmes qui publient des photos d'elles sans voile.

Depuis le printemps dernier c’est une véritable chasse aux sorcières qui est menée en Iran par les autorités à l’encontre des femmes, notamment, qui publient des photos d’elles sans voile sur les réseaux sociaux.


Lundi dernier, huit femmes et quatre hommes ont été condamnés à de la prison ferme allant de cinq mois à six ans de prison ferme pour avoir posté des photos trop "révélatrices" sur le réseau social Instagram.


Elham Arab, mannequin célèbre dans les pays du Golfe, avait d’ailleurs été arrêtée pour ces raisons. Devant le procureur de Téhéran, la jeune femme s'est s’excusée a  expliqué qu’elle regrettait avoir publié des photos où elle apparaissait sans son voile. Le procès était diffusé en direct à la télévision.


Cette répression s’inscrit dans la continuité de la campagne menée par Téhéran ciblant les mannequins actifs sur les réseaux sociaux. Lancé en mars dernier par les autorités iraniennes, le programme "Araignée II" a identifié 170 personnes qui gèrent des comptes Instagram de propagation de "culture anti-islamique".

Un contrôle régulier des réseaux sociaux

En Iran, les réseaux sociaux Facebook et Twitter sont régulièrement suspendus. Instagram est disponible, mais à certaines conditions. Le contenu publié est ainsi contrôlé afin de vérifier que les femmes iraniennes sont voilées, même sur le réseau social.


Le pays qui a connu une révolution islamique dans les années 1970 reste très conservateur sur les questions de mœurs. Le pouvoir théocratique en place depuis 1979 a voté plusieurs lois obligeant le port du voile pour toutes les femmes entrant sur le territoire national iranien.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter