VIDÉO - Farfelues ou radicales, les incitations à la vaccination se multiplient à travers le monde

VIDÉO - Farfelues ou radicales, les incitations à la vaccination se multiplient à travers le monde

TOUR D'HORIZON - Alors que le variant Delta sème à nouveau l'inquiétude, les campagnes pour inciter les plus réticents à se faire vacciner contre le Covid-19 se multiplient. Et certains pays font preuve d’une imagination sans limites.

Utiliser la carotte pour ne pas avoir à sortir le bâton, c'est la stratégie prônée par la Thaïlande pour encourager sa population à se faire vacciner. Il faut dire que lorsque le gouvernement a commencé à déployer en mai dernier le vaccin contre le Covid-19, les autorités du district de Mae Chaem, dans le nord du pays, se sont rapidement trouvé devant une impasse constatant que peu de personnes répondaient à l'appel. 

Et puis subitement, en quelques jours, la demande quotidienne est passée de quelques centaines de personnes à des milliers. Tout cela grâce à la possibilité de gagner... une vache. En effet, tout au long de l'année, un animal sera tiré au sort chaque semaine parmi les résidents vaccinés. 

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Une initiative qui est loin d'être unique puisque de nombreux pays ont également choisi la carte de l'incitation plutôt que celle de l'obligation. Mais jusqu'à quand ? 

Du disco à Singapour

"Le vaccin contre le Covid, je le veux maintenant ! Cette fois, c’est mon tour !", peut-on par exemple entendre au Pérou où on fait danser les nouveaux vaccinés à coup de clips enjoués. La Chine aussi mise sur la chanson : dans la province du Sichuan, des personnes affublées d'une blouse blanche et d'une tenue de policiers ou de pompiers, chantent en chœur : "Dépêche-toi, vaccine-toi en toute sérénité !"

Le gouvernement singapourien a quant à lui opté pour une ancienne star de la télévision qui, dans un clip musical disco et décalé, tente de convaincre les citoyens les plus réticents vis-à-vis du vaccin. "Singapour, n'attends pas de voir, reçois ta dose", entonne-t-il.

Des retrouvailles en Italie

Dans un tout autre ton, il y a aussi les campagnes qui souhaitent jouer sur l'émotion. Ainsi en Italie, le gouvernement a choisi de mettre en scène des retrouvailles familiales entre une grand-mère et sa petite-fille, tandis que le Canada ou Israël préfère appâter les plus réticents en prônant le retour à la vie normale grâce au vaccin. "Avec le pass sanitaire, les portes s'ouvrent tout simplement devant vous", clame un clip israélien. 

Plus solennels, le Royaume-Uni et les États-Unis adoptent une stratégie identique : faire appel à des personnalités influentes. D’anciens présidents américains se sont prêtés au jeu, comme Barack Obama, Bill Clinton ou George W. Bush. Mais également l’acteur Michael Caine et le chanteur Elton John.

Des joints de marijuana aux États-Unis

De l'autre côté de l'Atlantique, on a également décidé de récompenser les futurs vaccinés et les idées en la matière ne manquent pas d'originalité. Pour les amateurs de bières, des brasseries et des bars des États de Washington et du New Jersey proposaient, en mai, une pinte à tout nouveau vacciné. Des restaurants et des pizzerias ont également emboîté le pas en offrant une boisson après la piqûre, détaille le Seattle Times. A Seattle, ce sont les amateurs de base-ball qui ont pu bénéficier de billets à prix réduit en échange d'une dose de vaccin.  

Encore plus fort, l'enseigne de donuts Krispy Kreme s'est engagée à offrir un donut par jour jusqu'à la fin de l'année à toutes les personnes vaccinées. L'opération a débuté le 22 mars et, dès la première semaine, ce sont pas moins de 125.000 beignets qui ont été distribués, précise le Huffington Post. Tandis que dans de nombreux dispensaires de l'État de Washington, ce sont des joints de marijuana qui sont offerts à tous les adultes de plus de 21 ans qui viennent se faire vacciner. Et en Virginie-Occidentale, on vous offrira même un fusil ! 

150 euros pour les jeunes Grecs

Et puis il y a les incitations financières, comme en Grèce où les jeunes âgés de 18 à 25 ans reçoivent la somme de 150 euros, versée sur une carte de paiement, qui leur sera remise dès leur première injection. Nommée "Freedom pass", cette carte prépayée pourra être utilisée pour voyager ou aller à des concerts, au cinéma, au théâtre ou au musée. Environ 940.000 jeunes seraient visés par cette offre qui doit coûter 141 millions d'euros à l'État grec.

Tandis qu'en Inde, les selfies de vaccination peuvent être inscrits à un concours dont les gagnants recevront environ 60 euros. Mieux encore, les nouveaux vaccinés peuvent gagner un appartement d'un million d'euros à Hong-Kong.

Lire aussi

Mais tous ne veulent pas mettre la main au porte-monnaie, loin de là. Ainsi, en Italie où la vaccination est obligatoire pour les soignants, pas de vaccin, pas de salaire. Tandis qu'en Arabie Saoudite, à partir de dimanche, les non-vaccinés ne pourront plus accéder aux lieux publics ou privés, ni même emprunter les transports en commun. 

Des méthodes radicales, mais pas autant qu'aux Philippines. Dans ce régime autoritaire où le variant Delta accélère la progression de la pandémie, le président Rodrigo Duterte menace littéralement la population réticente au vaccin. "Ne vous méprenez pas ! Il y a urgence dans le pays ! Si vous refusez la vaccination, je vous ferai arrêter", a-t-il lancé à la télévision le 22 juin. Deux semaines après cette annonce, le nombre de vaccinés aux Philippines a bondi de 50%. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la fin du remboursement des tests inquiète la Défenseure des Droits

Enseignants menacés de mort à Marseille : un homme placé en garde à vue

VIDÉO - Jean-Michel Blanquer réagit au phénomène "Squid Game" : "Ne laissez pas les enfants seuls devant les écrans"

VIDÉO - Texas : les images spectaculaires du crash d'un avion avec 21 personnes à bord, toutes rescapées

Masques chirurgicaux : pourquoi il ne faut pas s'en débarrasser

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.