Deux militaires français tués au Mali dans une attaque à l'engin explosif

Deux soldats français tués au Mali : ce que l'on sait

DRAME - Deux militaires français ont été tués ce samedi en fin de matinée lors d'une mission de renseignement dans la région de Ménaka, au Mali, annonce l'Élysée. Un troisième soldat a été blessé, ses jours ne sont pas en danger.

La France pleure de nouveau ses soldats. Deux militaires français du 2ème régiment de hussards de Hagueneau ont été tués en fin de matinée ce samedi, annonce l'Élysée dans un communiqué. Le sergent Yvonne Huynh et le brigadier Loïc Risser ont perdu la vie lors d'une attaque au cours d'une mission de renseignement dans la région de Ménaka, au Mali. "Leur véhicule a été l'objet d'une attaque à l'engin explosif improvisé", précise l'Élysée. Le sergent Yvonne Huynh est la première femme tuée au sein de l'armée lors d'une opération au Mali.

Dans un communiqué, le président de la République Emmanuel Macron a rendu "hommage à la mémoire de ces deux soldats, morts pour la France dans l'accomplissement de leur devoir". Le chef de l'État "partage la douleur de leurs familles, de leurs proches et de leurs frères d'armes et les assure de la gratitude et de la solidarité de la nation" et "salue le courage de nos soldats et les assure de sa confiance et de son soutien face à cette nouvelle épreuve". "Le président de la République réaffirme la détermination de la France dans son combat contre le terrorisme."

La ministre des Armées, Florence Parly, a elle aussi réagi ce samedi soir. Dans un communiqué, elle dit "s'incliner avec respect devant la mémoire de ces deux militaires morts pour la France" et "rend hommage à la force de leur engagement, leur courage et leur don de soi qui font honneur à la bravoure des hussards de Chamborant dont les missions de renseignement sont indispensables à la conduite des opérations".

En vidéo

Mort de deux militaires français au Mali : très vive émotion à Haguenau

Lire aussi

L'Élysée précise qu'un troisième soldat a été blessé lors de cette attaque, mais que ses jours ne sont pas en danger. Florence Parly "lui souhaite un prompt rétablissement". Le Premier ministre Jean Castex a réagi ce dimanche - indiquant que "la Nation n'oubliera jamais le sacrifice de ses enfants tombés pour la protéger".

Ce drame intervient cinq jours après le décès de trois soldats français de l'opération Barkhane, dans des circonstances similaires, après que leur véhicule blindé ait été atteint par un engin explosif dans la région de Hombori, dans le sud du Mali.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 250.000 doses de vaccin injectées en 24 heures, l'accélération se confirme

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Meghan et Harry chez Oprah : l'interview qui a fait basculer la famille royale dans un mauvais soap

Lire et commenter