VIDÉO - Trump désigne un nouvel ambassadeur en Russie en pleine polémique sur une "brève conversation" avec Poutine

DirectLCI
RÉVÉLATION - Donald Trump a nommé mardi Jon Huntsman, un diplomate et ancien gouverneur très expérimenté, pour être ambassadeur des Etats-Unis en Russie. Et ce, dans un contexte de fortes tensions avec Moscou autour de la Syrie et de l'Ukraine et, aussi, de suspicions d'ingérence du Kremlin dans l'élection présidentielle américaine.

"Le gouverneur Jon Huntsman a eu une éminente carrière en tant qu'homme politique, que diplomate et qu'homme d'affaires". Dans un communiqué, la Maison Blanche a annoncé la nomination d’un nouvel ambassadeur, aguerri, des États-Unis en Russie. Ce dernier doit être encore confirmé par le Sénat.

   

Lors de la dernière campagne présidentielle, il avait dans un premier temps apporté son soutien au candidat Donald Trump, avant de réclamer qu'il se retire de la course à la Maison Blanche après la divulgation d'une vidéo dans laquelle le magnat de l’immobilier tenait des propos vulgaires sur les femmes et se vantait de comportements dégradants à leur égard.


Cette nomination intervient à un moment de vives tensions entre Washington et Moscou, notamment concernant la situation en Syrie et en Ukraine. Et dans un contexte de nouvelle polémique…

Une rencontre qui n'était pas inscrite à l'agenda

L’opinion a appris ce mardi, par la biais d’un responsable de la Maison Blanche, que le président américain et son homologue russe ont eu une deuxième discussion à l'occasion du sommet du G20 à Hambourg début juillet, tenue secrète jusqu'à présent.


Dans la soirée, Donald Trump est allé parler à son homologue russe à la fin d'un dîner entre dirigeants du G20, pour un aparté que la Maison blanche a minimisé mardi. "Il n'y a pas eu de 'seconde réunion’, juste une brève conversation à la fin d'un dîner. Insinuer que la Maison blanche a tenté de 'cacher' une seconde réunion est faux, malveillant et absurde", a déclaré mardi ce même responsable.

Le président lui-même n'a pas tardé à contre-attaquer sur Twitter. "Cette fausse histoire de dîner secret est 'démente'. Tous les membres du G20 et leur conjoint étaient invités par la chancelière allemande. La presse savait ! (...) Ces fausses nouvelles sont de plus en plus malhonnêtes! Même un dîner organisé pour les 20 principaux dirigeants du monde en Allemagne est présenté de manière à en faire quelque chose de sinistre !", a-t-il écrit. 


De l'huile sur le feu ? L'absence d'un traducteur américain pendant cet entretien a suscité quelques froncements de sourcil parmi les convives.  Ian Bremmer, président du groupe de conseil Eurasia Group, évoque "un manquement au protocole de sécurité nationale". Affaire à suivre...

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter