VIDÉO - Trump hué par des manifestants devant l’ambassade des Etats-Unis à Londres

International
HOSTILE - Donald Trump est arrivé ce jeudi au Royaume-Uni, accueilli par les huées de manifestants opposés à sa venue. Il a déjà mis les pieds dans le plat en critiquant Theresa May au sujet du Brexit.

La visite de Donald Trump au Royaume-Uni commence mal. Le président américain a été accueilli par des huées ce jeudi à Londres. Interrogé à Bruxelles à l'issue d'un sommet de l'Otan, il avait dit douter que les propositions de la Première ministre britannique sur la future relation commerciale avec l'UE, exposées le même jour, correspondent au vote des Britanniques en faveur d'un départ de l'UE. 


Cette visite de Trump s’inscrit dans une négociation commerciale importante pour Theresa May qui souhaite ardemment signer un accord de libre-échange avec Washington après le Brexit prévu fin mars 2019, et ce malgré les quelques accrocs depuis l’arrivée de Trump au pouvoir.

Dans la soirée, une autre manifestation a rassemblé quelques centaines de personnes dans la soirée devant Winfield House, résidence de l'ambassadeur des Etats-Unis dans Regent's Park, à Londres, où Donald Trump passera sa première nuit au Royaume-Uni avec son épouse Melania. Pendant plus d'une heure de demie, les manifestants ont fait le maximum de bruit possible pour dénoncer les politiques de Donald Trump en matière migratoire, climatique ou d'armement, équipés de casseroles, de sifflets, de mégaphones ou de crécelles. 

Gros rassemblement à Trafalguar Square

De nombreuses manifestations anti-Trump ponctueront la visite du président américain, la plus massive devant rassembler des dizaines de milliers de personnes ce vendredi à Trafalgar Square, dans la capitale britannique. Un ballon géant représentant Trump en couche-culotte flottera aussi dans le ciel près du Parlement.


Peu embarrassé par ces manifestations, Donald Trump avait déclaré avant son départ que les Britanniques "(l)'aiment beaucoup". Sauf que selon un sondage YouGov publié jeudi, 77% des Britanniques avaient pourtant fait part de l'opinion défavorable que leur inspirait le dirigeant, quand près de la moitié (49%) pensaient que la reine Elizabeth II ne devrait pas le recevoir, ce vendredi après-midi au château de Windsor pour prendre le thé. 

   

Donald Trump n’a cure des protocoles. Il n'a d’ailleurs pas exclu de rencontrer l'un d'eux, son "ami" démissionnaire pro-Brexit Boris Johnson, ce qui pourrait mettre Theresa May dans l'embarras alors qu'elle tente de réaffirmer son autorité sur son parti conservateur très divisé. Après cette visite officielle, le couple présidentiel passera le week-end en privé en Écosse, où Donald Trump possède deux golfs.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter