VIDÉO - Donald Trump réagit (enfin) à la montée de l'antisémitisme aux États-Unis

International
RÉACTION - Au total, près de soixante-neuf menaces ont été proférés envers des centres juifs aux États-Unis depuis le début de l'année. Longtemps muet sur cette vague d'actes antisémites, Donald Trump a réagit ce mardi, épaulé par sa fille.

Il était temps... Après une série d’incidents inquiétants visant des centres communautaires juifs américains depuis le début de l'année, le président des États-Unis a condamné ce mardi les "horribles" menaces qui visent la communauté, jugeant qu'elles étaient "un triste rappel du travail qui reste à faire pour éliminer la haine et les préjugés". Dans un tweet, Ivanka Trump a porté écho aux paroles de son père : "L’Amérique est une Nation construite sur le principe de la tolérance religieuse ? Nous devons protéger nos lieux de cultes et nos centres religieux". Elle a adopté la religion juive en 2009 afin d’épouser Jared Kushner, proche conseiller du président américain et juif orthodoxe.

Nous sommes inquiets de l'antisémitisme derrière ces menaces et la répétition de ces dernières semainesDavid Posner, un des responsable de Jewish Community Center Association of North America

Sur la seule journée de lundi, onze centres juifs ont dû être évacués après de fausses alertes à la bombe. Au total, ce sont soixante-neuf incidents du même type qui ont été recensés depuis  le début de l’année, rapporte le Jewish Community Center Association of North America (JCC). Le FBI a ouvert une enquête. "Si nous sommes soulagés que toutes ces menaces se soient avérées être de fausses alertes et qu'il n'y ait pas eu de blessés, nous sommes inquiets de l'antisémitisme derrière ces menaces et la répétition de ces dernières semaines", souligne David Posner, l'un des responsables de l'association sur le site du JCC.

Près de deux-cents tombes juives profanées ce week-end

Dans le Missouri ce week-end, 170 à 200 tombes ont été également été profanées dans un cimetière juif. Les pierres tombales appartiennent à la plus ancienne section du cimetière. La plupart datent de la fin des années 1800. La police n’a pour le moment pas précisé s’il s’agissait bel et bien d’un acte antisémite.

L'antisémitisme, un sujet apparemment tabou pour Trump

Interrogé à plusieurs reprises sur ces menaces, Donald Trump avait jusque-là toujours évité de répondre. Lorsqu'un journaliste travaillant pour un magazine juif lui avait demandé, le 15 février dernier, comment le gouvernement comptait réagir à la recrudescence d'actes antisémites, il avait par exemple sèchement répondu que la question était "insultante" et qu'il était  "la personne la moins antisémite du monde". Il avait également créé la polémique à l'occasion de la journée mondiale à la mémoire des victimes de l'Holocauste, le 27 janvier. Le milliardaire avait rendu hommage aux "victimes, survivants et héros" de l'Holocauste sans citer nommément les Juifs.  L'association Anti-Defamation League avait jugé cet oubli "déconcertant et inquiétant". Ses détracteurs lui reprochent d'avoir, au travers de son combat contre l'immigration, libéré la parole dans toute une frange extrémiste des États-Unis.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter