VIDÉO - Double attentat en Turquie : Istanbul pleure ses morts

DirectLCI
EN IMAGES - Journée de deuil national en Turquie après le double attentat qui a frappé Istanbul, à proximité du stade de Besiktas, faisant 38 morts et 166 blessés, ce samedi.

"C'était comme l'enfer. Les flammes atteignaient le ciel." Omer Yilmaz était tranquillement en train de boire un thé, dans un café à proximité du stade, quand l'explosion a eu lieu. Interrogé par The Guardian, il raconte le drame : "Les gens plongeaient sous les tables, les femmes pleuraient, tout le monde recherchait un abri, c'était horrible."


Une ville traumatisée après la double attaque meurtrière qui a touché son coeur. Les explosions se sont produites aux alentours de 22h30 (heure turque) samedi 10 décembre, après le départ des supporters ayant assisté au match qui opposait le Besiktas à Bursaspor au stade de la Vodafone Arena.  Au moins 38 personnes, dont 30 policiers, ont été tuées, et plus d'une centaine de personnes sont blessées, dans ce quartier populaire d'Istanbul. 

Lire aussi

"Son rêve était de devenir médecin"

Au lendemain de l'attentat, Istanbul pleure ses morts, à l'instar de ce père de famille, interrogé par un quotidien turc, dont le fils faisait partie des sept civils victimes. "Je ne veux pas que mon fils soit consideré comme un martyr, mon fils a été abattu", témoigne Salim Akbaş, dans Birgun Daily. "Mon fils de 19 ans était en deuxième année de médecine. Il est venu à Istanbul juste pour deux jours, après ses examen. Tout ça, c'est une coïncidence. (...) Et à cause de cela, il serait un martyr ? Non ! (...) Son rêve était de devenir un médecin et d'aider les gens. Mais maintenant, je vais le ramener dans un cercueil."  

Et de nombreux Turcs, certains brandissant le drapeau national, déposent des fleurs sur les lieux des deux attaques. Au stade de la Vodafone Arena, des drapeaux ont également été déployés sur les gradins. Le cratère creusé par l'explosion de la voiture piégée avait été comblé, a constaté une journaliste de l'AFP. 

Lire aussi

Des cercueils recouverts d'un drapeau

Une "attaque terroriste qui visait clairement les forces de police anti-émeute", selon le vice-Premier ministre Numan Kurtulmus. Une voiture piégée a d'abord explosé vers 22h30 devant la Vodafone Arena. Moins d'une minute plus tard, un kamikaze présumé s'est fait exploser alors qu'il était entouré de policiers dans le parc Macka à proximité du stade. 30 victimes appartiennent ainsi aux forces de l'ordre turques. Des obsèques ont été organisées ce dimanche, en présende du chef de l'Etat, Recep Tayyip Erdogan. 

En vidéo

Erdogan s'exprime après les attentats à la bombe à Istanbul

Lire aussi

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter