Vidéo du "calife" : qui est Al-Baghadi, le djihadiste le plus influent au monde ?

International

PORTRAIT - Les jihadistes sunnites contrôlant le nord de l'Irak et une partie de la Syrie voisine ont annoncé la création d'un califat islamique. Objectif : appeler les musulmans dans le monde à prêter allégeance à leur chef, l'énigmatique Abou Bakr Al-Baghadi. Celui-ci est pour la première fois apparu dans une vidéo ce week-end.

Appelez-le "calife Ibrahim". C'est par ce titre que Abou Bakr Al-Baghdadi, le mystérieux chef de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), se serait présenté vendredi durant les prières dans la grande mosquée de Mossoul (nord de l'Irak). Une première apparition officielle, dont la vidéo en cours d'authentification a été diffusée samedi, pour ce personnage trouble qui a longtemps agi dans l'ombre afin de rétablir un califat entre l'Irak et la Syrie, un régime politique islamique disparu depuis près d'un siècle.

D'Al-Baghadi, on sait en effet peu de choses : il serait né en 1971 à Samarra, à 125 kilomètres au nord de Bagdad, et aurait étudié l’islam dans la capitale irakienne. Son parcours jusqu’à ce qu’il rejoigne Al-Qaïda en Irak (AQI) est assez flou. Il aurait rallié l'insurrection en Irak peu après l'invasion conduite par les Etats-Unis en 2003, et aurait passé quatre ans dans un camp de détention américain.

"L'homme le plus dangereux du monde"

En octobre 2005, les forces américaines annoncent cependant la mort d'Abou Douaa – l'un de ses surnoms - dans un raid aérien à la frontière syrienne. Mais il réapparaît, bien vivant, cinq ans plus tard à la tête de l'Etat islamique en Irak (ISI), la branche irakienne d'Al-Qaïda, après la mort dans un raid de deux chefs du groupe. Durant trois ans, l'ISI vacille sous le poids de la stratégie anti-insurrectionnelle américaine, combinée au retournement d'une partie des tribus sunnites. Mais il rebondit en élargissant ses activités à la Syrie voisine, à la faveur de la rébellion contre le régime de Bachar al-Assad.

Très peu de détails ont filtré sur la personnalité de Baghdadi. Son visage n'avait été révélé qu'en janvier, lorsque les autorités irakiennes ont pour la première fois publié une photo noir et blanc montrant un homme barbu en costume cravate, au crâne dégarni. Même incertitude sur ses déplacements : les Etats-Unis avaient déclaré l'an dernier qu'il se trouvait en Syrie, jusqu'à ce qu'un général irakien annonce en mai sa présence en Irak. Des mystères qui ont contribué au culte de la personnalité de celui que le Time considère comme "l'homme le plus dangereux de monde." Un statut que Abou Bakr Al-Baghdadi semble désormais prêt à assumer au grand jour.

Son apparition dans un prêche diffusé sur Internet est en effet une première. "Obéissez-moi tant que vous obéissez à Dieu en vous", martèle-t-il, sous sa barbe grisonnante et son turban noir dans ce lieu emblématique de la seconde ville du pays. Un écart sécuritaire, mais surtout un sacré pied de nez adressé à Al-Qaïda et son chef Ayman al-Zawahiri, à qui Al-Baghdadi est en passe de rafler le titre de leader du djihadisme mondial.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter