Edwin Raymond : "Dans la police de New York, il y a une culture du racisme qui remonte à loin"

Edwin Raymond : "Dans la police de New York, il y a une culture du racisme qui remonte à loin"
International

ETATS-UNIS - Les chefs de la police de New York sont blancs à 80%, héritiers de la politique contre la délinquance des années 90. Edwin Raymond, membre du NYPD, lève le voile sur certaines pratiques appliquées par les services de police de la ville.

Rares sont les policiers qui osent parler à visage découvert. Edwin Raymond, membre du NYPD, témoigne de la culture du racisme au sein des services de sa ville. "Dans la police de New York, il y a une culture de racisme qui remonte à loin. Donc, même si toi, policier, tu n’es pas raciste, juste en faisant ton boulot, tu y contribues", se désole ce policier afro-américain au micro de TF1.

 

Les chefs de la police de New York sont blancs à 80%, héritiers pour la plupart de la politique particulièrement sévère contre la délinquance des années 1990. A cette époque, les meurtres ont diminué de 60% dans la ville. "Il y a même eu une procédure dans la police de New York, la méthode du 'stop-and-frisk' (littéralement 'interpellation et fouille', ndlr), qui permettait d’arrêter et de fouiller n’importe quelle personne mais surtout les Noirs", explique Edwin Raymond. "De fait, il y a toujours des quotas pour les arrestations et c’est la communauté noire qui en pâtit", affirme ce membre du NYPD.

Lire aussi

J’ai eu un chef qui m’a dit que je devais plus cibler les personnes noires.- Edwin Raymond, membre du NYPD.

Et ceux qui se risquent à briser l'omerta, comme ce policier afro-américain, s'exposent à des sanctions. A l'instar de ce policier, filmé lors d’une enquête de la télévision américaine, qui a par la suite été obligé, en pleine hiver, de camper à un carrefour où il ne se passait strictement rien. 

"J’ai eu un chef qui m’a dit que je devais plus cibler les personnes noires. J’avais évidemment un problème avec ça. Pour me  protéger, j’ai commencé à l’enregistrer pour qu’il ne puisse pas nier", relate Edwin Raymond. "Il m’a même dit que si je ne ciblais pas plus les minorités, je n’aurais pas de promotion et que je pourrais même perdre mon job", se souvient-il.

Il y a 18.000 unités de police dans le pays et seulement 200 bureaux de police des polices pour les surveiller.- Phil Eure, inspecteur général de la police des polices de New York.

Alors que les vidéos relatant des arrestations violentes se multiplient, la police des polices de New York est de plus en plus souvent saisie pour ce type d’incident. "L’usage excessif de la force, c’est l’un des grands problèmes de la police. La question raciale aussi", constate l'inspecteur général Phil Eure, de la police des polices de New York. "Nous avons beaucoup de plaintes concernant une application non égalitaire de la loi. Il y a 18.000 unités de police dans le pays et seulement 200 bureaux de police des polices pour les surveiller", souligne-t-il.

Toute l'info sur

Mort de George Floyd : l'indignation mondiale

De nombreuses villes aux Etats-Unis ont décidé de revoir le fonctionnement des forces de l’ordre. Certaines unités seront d’ailleurs probablement dissoutes pour repartir sur de nouvelles bases.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent