Victoire de Joe Biden : les images de la liesse qui s'est emparée des Etats-Unis

Victoire de Joe Biden : les images de la liesse qui s'est emparée des Etats-Unis

CONGRATS - Quatre jours après l'élection américaine, les médias ont mis fin au suspense. Peu avant 17h30, heure française, ils ont déclaré Joe Biden vainqueur de la présidentielle. Comme attendu, c'est la Pennsylvanie qui a donné la victoire au candidat démocrate. Aussitôt, des milliers d'Américains sont descendus dans les rues.

La fête risque de durer jusqu'au bout de la nuit. Dès l'annonce de la victoire de Joe Biden, des milliers d'Américains ont exprimé leur joie par des cris et des concerts de klaxons. A Washington, sous un soleil quasiment estival, la foule a afflué vers la Maison Blanche et la Black Lives Matter Plaza, une partie de l'artère menant à la résidence présidentielle, ainsi renommée au printemps dernier pour dénoncer les violences policières contre les Africains-Américains.

La capitale fédérale est un bastion démocrate. Les panneaux Joe Biden et Kamala Harris, la future vice-présidente, ont refleuri dans les rues, fièrement portés par leurs supporteurs démocrates, tous portant le masque sanitaire et au nombre de plusieurs milliers. "Je suis comblée, extrêmement heureuse et juste tellement fière que nous allions dans une direction différente", s'est enthousiasmée Amy Berger, 40 ans, sortie avec son fils dans un quartier plus résidentiel.

Toute l'info sur

L'Amérique se choisit Joe Biden et Kamala Harris

Lire aussi

Klaxons et célébrations à New York et Philadelphie

Au même moment, à New York, ville d'origine de Donald Trump, les mêmes scènes : klaxons et célébrations. Catherine Griffin, 47 ans, a même versé quelques larmes d'émotion. "Je suis heureuse que Donald Trump sorte de nos vies, espérons pour toujours - même si je n'en sais rien", a-t-elle dit, appelant à avoir "un peu de normalité dans nos vies".

En vidéo

Biden donné vainqueur : scènes de liesse à New York

Les Américains ont attendu quatre jours avant de connaître le nom de leur futur président. La course a été serrée, dans un pays extrêmement divisé. Les chaînes de télévision américaines ont fini par annoncer samedi que Joe Biden avait franchi le seuil "magique" de 270 grands électeurs qui lui permettra d'entrer à la Maison Blanche en janvier prochain.

Mais pas sûr que partisans et opposants des candidats se réconcilient de si tôt. Ainsi à Philadelphie, des pro-Biden ont nargué des soutiens de Trump, avec quelques insultes au passage :

Malgré tout, c'est la joie qui l'emporte devant le Convention Center de Philadelphie où  les partisans de Joe Biden affluent de toute part en attendant la grande célébration de leur candidat au côté de la future vice-présidente Kamala Harris. 

Certains ont célébré la victoire en dansant sur "YMCA" des Village People face aux partisans de Donald Trump. Scènes de liesse également à Miami, en Floride, Etat pourtant dévolu aux républicains.

Flashmobs à Atlanta

Même effervescence à Atlanta où de nombreux électeurs ont exprimé leur joie.

Et des flashmobs ont essaimé dans les parcs de la capitale de la Géorgie.

Dans le fief de Joe Biden, Wilmington, une petite ville tranquille du Delaware, des célébrations ont également commencé, alors que le démocrate doit s'exprimer en début de soirée (heure américaine).

Joe Biden vient également de remporter ce samedi l'Etat crucial du Nevada selon plusieurs médias américains, ce qui lui permet d'accroître encore son écart face à Donald Trump. En ajoutant ces deux États, le démocrate dispose d'au moins 279 grands électeurs, sur les 270 nécessaires pour ouvrir les portes de la Maison Blanche. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EXCLUSIF - "J'ai vu la mort arriver" : Romain Grosjean raconte son effroyable accident

Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne, cinq morts et plusieurs blessés

EN DIRECT - Covid-19 : des "mesures restrictives" pour les Français souhaitant skier à l'étranger : Macron crée la polémique

Roumanie : un mystérieux monolithe métallique découvert, semblable à celui trouvé dans l'Utah

"Il faut rembourser la dette" : Bruno Le Maire esquisse la fin du "quoi qu'il en coûte"

Lire et commenter