"Elle voulait aider, c'était en elle" : la douleur des proches des Français tués au Niger

"Elle voulait aider, c'était en elle" : la douleur des proches des Français tués au Niger
International

HOMMAGES - Deux Nigériens et six Français ont trouvé la mort dimanche lors d'une attaque armée dans un parc situé à 60 kilomètres de Niamey, la capitale du Niger. Les proches des Français tués se souviennent de personnes passionnées et dont la vie était dédiée à aider les autres.

Dimanche, dans un parc à 60 km au sud-est de la capitale Niamey, au Niger, huit personnes dont deux Nigériens et six Français ont trouvé la mort lors d'une attaque commise par plusieurs hommes armés à moto. Au fil des heures, l'identité des victimes se confirme et les hommages se multiplient. TF1 a réussi à joindre Sarah, la sœur de Charline, âgée de 30 ans, qui venait de prendre son poste chez Acted à Niamey.

"Elle voulait voyager, découvrir, elle ne supportait pas l'injustice, elle voulait être actrice pour aider, c'était en elle. Je pense qu'en 30 ans, elle en a fait plus que la plupart des gens en toute une vie. Forcément, je pense qu'au fond d'elle il y avait une appréhension, mais le risque zéro n'existe pas", se remémore Sarah dans la vidéo en tête de cet article. La plus jeune victime s'appelait Léo, âgé de 25 ans. Il était étudiant dans une école rennaise de management, où il devait être diplômé en janvier prochain. Ce mardi soir, une messe a été célébrée à Rennes pour lui rendre hommage.

Elle n'avait qu'une hâte, c'était d'aller aider les gens.- François Ponti, ancien responsable à l'Armée du Salut, à propos de Myriam, tuée dans l'attaque.

La troisième victime, Myriam, était rompue aux voyages en Afrique. Avec Acted, elle entamait sa troisième mission sur le sol africain, après avoir œuvré en Tunisie et au Tchad. Pour Boris Kharlamoff, journaliste et ancien camarade de promotion de la jeune femme, ce choix de carrière était tout sauf un hasard : "Elle nous faisait déjà part de ses envies de faire de l'humanitaire, de voyager en Afrique, elle avait vraiment une fibre humaniste. Quand on a appris la nouvelle avec les autres gens de la promo, on a été assez choqués, puisque le dernier souvenir de Myriam qu'on a gardé, c'était son sourire quand on se voyait tous ensemble."

Avant de partir au Niger, Nadifa, 30 ans, avait rejoint l'Armée du Salut pour distribuer des repas en pleine épidémie de Covid-19. "Elle n'attendait qu'une chose, c'était de partir au Niger, que les frontières se rouvrent. Elle n'avait qu'une hâte, c'était d'aller aider les gens. C'était ce qu'elle faisait tous les jours, que ce soit à Paris ou à l'étranger", se souvient François Ponti, ancien coordinateur des bénévoles de l'Armée du Salut. Antonin et Stella étaient les deux autres Français tués dans cette attaque. 

Lire aussi

Le plus ancien guide du parc également tué

Toute l'info sur

Des Français tués dans une attaque au Niger

Du côté nigérien, le chauffeur d'Acted, dénommé Boubacar, a également trouvé la mort alors que le parc des girafes de Kouré a perdu son guide le plus ancien, Kadri, âgé de 51 ans, qui a dédié 21 ans de sa vie à la sauvegarde des dernières girafes d'Afrique de l'Ouest.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent