Espagne : le triste sort des lévriers, chiens martyrs

Espagne : le triste sort des lévriers, chiens martyrs

MALTRAITANCE – En Espagne, les défenseurs des animaux tirent une sonnette d’alarme sur le sort réservé aux lévriers. De nombreux chiens, utilisés pour la course ou la chasse, sont tués ou abandonnés chaque année.

C'est un triste destin que celui des galgos, ces lévriers employés pour la chasse au lièvre, en Espagne. L’équipe de TF1 s’est rendue en Espagne afin d’enquêter sur le calvaire que vivent les lévriers. Utilisés également pour la course, car réputés pour être les chiens les plus rapides du monde, ils subissent un entraînement extrêmement intensif. 

Après des années de "services" rendus à l’homme, un grand nombre d’entre eux sont tués ou abandonnés. "En Espagne, le lévrier est considéré comme un objet, un outil de travail" assure Paul Bonheure, éducateur canin et fondateur d’un refuge à Madrid. "Il ne vaut pas mieux qu’une poule. Lorsqu’il ne remplit plus sa fonction, il n’y a aucune loi qui le protège."

Toute l'info sur

Le WE

Marc est un bénévole français. Il passe tout son temps libre dans le refuge de Paul qui recueille des chiens traumatisés. "Ils ont tous été maltraités, c’est sûr, ça se voit à la peur qu’ils ont de l’être humain. Il y en a qui viennent avec des blessures et des cicatrices", témoigne-t-il. Marc accompagne régulièrement des familles qui souhaitent adopter un lévrier. "En général, quand ils partent d’ici, ils sont bien. Il y en a qui sont encore un peu peureux mais c’est leur offrir une nouvelle vie", poursuit-il. La grande majorité de ces chiens sont adoptés par nos compatriotes qui habitent en Espagne. 

Lire aussi

Mais à Madrid, certains errent encore dans les rues. À la nuit tombée, Susana et Anna partent à leur recherche dans l’espoir de les attraper. Le problème, c’est que le lévrier ne se laisse pas capturer facilement. Les deux jeunes femmes nourrissent les animaux parfois pendant plusieurs mois avant de pouvoir les recueillir. "Nous devons mettre en place une routine. Ce que l’on veut, c’est qu’ils viennent manger ici tous les jours et c’est à ce moment-là qu’on installe la cage", explique Susana. Ce soir-là, un lévrier blessé accepte de les suivre. Le chien sera emmené au refuge afin d’y être soigné et de retrouver un peu confiance en l’homme. Chaque année, selon les associations de défense des animaux, 50.000 de ses semblables vivraient le même calvaire en Espagne.  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter