VIDÉO - À Washington, une œuvre participative pour témoigner de l’hécatombe du Covid-19

VIDÉO - À Washington, une œuvre participative pour témoigner de l’hécatombe du Covid-19

CHAQUE VICTIME COMPTE - À Washington, depuis samedi et jusqu'au 6 novembre, un champ de petits drapeaux blancs s’élargit de jour en jour. Qui a perdu un proche est invité à en planter un en hommage.

À quelques blocs du Capitole, à Washington, une installation surprend les badauds : une étendue de petits fanions blancs que le vent fait bouger. L’idée de cette œuvre participative conçue par Suzanne Brennan Firstenberg ? Que chaque morceau de tissu puisse être personnalisé en y inscrivant une pensée ou le nom d'une victime américaine du Covid-19. Le but ? Que celles-ci ne soient pas qu’un chiffre sur une page de statistiques, mais bien le témoignage d'une vie disparue. Au milieu des drapeaux, chaque jour, le nombre de victimes doit n outre être mis à jour sur un écran géant. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

"Un drapeau, une âme"

Pour l'artiste, cet impressionnant tableau vivant incite à visualiser rapidement qu'innombrables sont celles et ceux qui sont directement ou indirectement affectés par la pandémie. "Chacun est touché par ce virus, que ce soit par la perte d’un être cher, d’un emploi, d'un salaire, d'un projet d’étude ou encore d’une perspective d’avenir", souligne Suzanne Brennan Firstenberg, qui espère que les divisions de la société américaine s’effaceront devant ce projet, où chacun pourra panser à sa souffrance, tout en réalisant celle des autres. "Je veux que la collectivité réalise l’importance de chaque existence."

Lire aussi

Au départ, l'artiste, qui a travaillé pendant plus de vingt ans dans des maisons de retraite, avait pensé à utiliser des drapeaux américains. Mais la proximité avec l’élection présidentielle - et les tensions qui l'accompagnent - l’en a vite dissuadée. 

Un bilan anormalement lourd

Sur une autre zone de l'installation, baptisée EN AMÉRIQUE Comment cela a-t-il pu arriver ?, d’autres drapeaux intriguent eux aussi et invitent à la réflexion. Vingt-cinq fanions représentant cette fois le nombre de victimes de la pandémie en Nouvelle-Zélande. Et, à côté, un autre champ, qui, lui, en compte 1675 autres. De fait, si la mortalité américaine due au coronavirus avait été semblable au bilan néozélandais, ce sont bien 1675 personnes et non 240.000 qui seraient décédées…

À ce jour, le bilan de l’épidémie de Covid-19 aux États-Unis est de 8.776.923 cas et de 225.692 décès.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

EN DIRECT - Déconfinement : plus de 60 arrestations lors de manifestations anti restrictions à Londres

Voici l'attestation de déplacement dérogatoire nécessaire à partir de ce samedi 28 novembre

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : forte mobilisation et regain de tension place de la Bastille à Paris

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Lire et commenter