VIDÉO - États-Unis : comme à Charlottesville, les statues de soldats confédérés sèment la discorde

INTERNATIONAL - Ils criaient en cœur "Pas de Ku Klux Klan ! Pas d'Amérique fasciste !" Des militants anti-fascistes américains ont déboulonné lundi 14 août la statue d'un soldat confédéré à Durham, en Caroline du Nord. Un geste radical, qui fait écho à l'attaque de Charlottesville (Virginie) du samedi 12 août, mais qui s'inscrit dans une tension raciale bien plus profonde.

Elles cristallisent des années de tensions raciales aux Etats-Unis. Les statues des soldats confédérés des Etats du Sud divisent l'Amérique. Après l'attaque de Charlottesville, le débat autour de ces monuments s'est enflammé de plus belle. D'un côté, les militants anti-fascistes et le mouvement Black Lives Matter militent pour leur retrait. Selon eux, ces statues, principalement présentes dans les villes du Sud, incarneraient un hommage à l'Amérique esclavagiste, raciste. De l'autre, les nationalistes et les suprémacistes blancs, perçoivent ces retraits comme des profanations de l'Histoire, et un reniement de la "culture du Sud". 

En vidéo

Charlottesville : qui sont les suprémacistes blancs ?

Deux visions difficilement réconciliables, qui gardent un arrière-goût de la guerre de Sécession, le conflit qui a donné naissance aux Etats-Unis tels que nous les connaissons, en 1865. 

La Confédération : souvenir d'une Amérique raciste et esclavagiste

A l'époque, les Etats du Sud, dont font partie la Caroline du Nord et la Virginie, font partie des Etats "confédérés", dont l'emblème est le drapeau rouge ci-dessus. C'est-à-dire les Etats qui défendent l'esclavage. Dans ces régions, les champs de coton par exemple font la richesse des exploitants. Au Nord, les Etats "unionistes" défendent l'abolition de l'esclavage. Après 4 ans d'un conflit extrêmement meurtrier, "l'Union" gagne la guerre : c'est la naissance des Etats dits "Unis". 

Pourtant, une partie du pays reste profondément marquée par cet héritage raciste. Les Etats du Sud, notamment, perpétuent un racisme latent au travers d'une forte discrimination. 

Robert E. Lee : statue de la discorde à Charlottesville

A Charlottesville, en Virginie, c'est la statue du Général Robert E. Lee qui a provoqué des échauffourés vendredi 11 août. Des militants suprémacistes se sont rassemblés en masse pour manifester contre son retrait. Une pétition en ligne, initiée par un étudiant noir-américain de la fac de Virginie, est devenue virale. La statue est en effet située en plein milieu du campus de l'université, l'une des plus grandes facs de l'Etat de Virginie.


Robert E. Lee était l'un des généraux les plus hauts gradés de l'armée de la Confédération lors de la guerre civile américaine. Il incarne sans conteste, la force de l'armée du Sud. Aujourd'hui, il devient la figure de proue des groupuscules suprémacistes blancs. L'extrême-droite américaine tente même de manipuler sa mémoire pour en faire un "anti-esclavagiste". La discorde autour des statues confédérées ne fait que commencer.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter