Etats-Unis : quand la folie des cartes de crédit conduit au surendettement

Etats-Unis : quand la folie des cartes de crédit conduit au surendettement
International

TOO MUCH ? - Aux Etats-Unis, on dénombre près de 500 millions de cartes de crédit en circulation, dispensées par la plupart des enseignes pour, parfois, permettre à leurs utilisateurs de gagner de l'argent. Un système qui séduit les Américains, mais expose sérieusement au surendettement.

Aux Etats-Unis, utiliser sa carte de crédit est une habitude qui requiert un peu de concentration. Pas pour trouver son éventuel code, mais pour dépenser stratégiquement de l'argent. De nombreux Américains sont séduits par ce système qui les encourage à dépenser dans diverses enseignes, afin de cumuler ensuite des points qui, au final, permettent de récupérer parfois de l'argent.

En tout, ce sont près de 500 millions de cartes de crédit qui sont en circulation dans le pays. Certains y trouvent leur compte, et arrivent à maîtriser au mieux ce système de crédit, comme Lee Hoffman, interrogé dans l'enquête de TF1 en tête de cet article, qui en possède ... 47. Mais d'autres basculent dans le surendettement. 

Comment fonctionne ce système ?

A la pharmacie, au supermarché ou encore à la station-essence ou au restaurant, chaque enseigne vous permet d'obtenir des points de fidélité via une carte de crédit. Pour les cumuler, il suffit de dépenser. Mitch Malasky est vidéaste et possède plusieurs cartes, une pour chaque enseigne nécessaire à sa consommation quotidienne. Il ne fait aucune dépense sans réfléchir à l'avance et choisit les magasins en fonction de sa possession, ou non, de cartes. A la station-essence où il est allé faire le plein, il explique "récupérer 4% en cash" de ses dépenses sur l'essence. "J'utilise la carte car je viens juste de la recevoir. Je dois dépenser un certain montant durant les premiers mois, pour avoir un maximum de points ensuite", explique-t-il. Au restaurant, ses "bonus sont multipliés par trois". 

Lee Hoffman lui, possède donc 47 cartes de crédit : un record. En donnant des conseils sur leur utilisation, il est devenu une référence dans le pays. "J'ai des cartes de toutes les grandes banques et de certaines plus petites. Les banques ont établi de nouvelles règles, et désormais, il est devenu difficile d'en avoir autant. Il fallait éviter aux gens comme moi de gagner un maximum de points", raconte-il. Pour avoir dépensé 25.000 euros en l'espace de 18 mois, Lee Hoffman a pu engranger suffisamment de points pour emmener toute sa famille en voyage en Italie, pour l'équivalent de 10.500 euros. Une autre famille tout aussi chanceuse a pu, quant à elle, visiter 22 pays sans rien dépenser, grâce aux points accumulés au fil du temps sur ses différentes cartes de crédit. 

Un retour sur investissement très intéressant, donc. Un bémol cependant : "Vous devez être sûrs d'avoir les moyens de rembourser", explique Mitch Malasky. Car cela peut-être un piège. Aux Etats-Unis, l'argent dépensé n'est pas prélevé sur le compte immédiatement, c'est le client qui choisit l'échéance. De nombreux Américains se retrouvent ainsi pris dans la spirale du surendettement. 

Lire aussi

La spirale du surendettement

En effet, la tentation est grande pour les consommateurs, sollicités en permanence par des publicités quotidiennes. Et la conjoncture actuelle aux Etats-Unis pourrait aggraver la situation. Avec l'explosion du chômage depuis la crise sanitaire, de nombreux ménages et PME ont du mal à payer leurs factures, leurs crédits à la consommation et à honorer leurs mensualités.

Toute l'info sur

Le 20h

Face à cela, Bank of America a par exemple autorisé ses clients à reporter jusqu'à trois mois les mensualités de la plupart de leurs prêts. Environ 16% des PME clientes ont déjà demandé à bénéficier de cette souplesse. En 2020 et plus précisément, lors du trimestre qui vient de s'écouler, la dette sur les cartes de crédit a atteint 900 milliards d'euros. Un montant total très au-dessus du précédent sommet atteint lors de la crise financière de 2008, selon des chiffres publiés par la banque centrale américaine. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Lutte contre l'islamisme : l'hommage de l'Assemblée nationale à Samuel Paty

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

EN DIRECT - Covid-19 en Ile-de-France : en réanimation, "les chiffres montent très vite, trop vite"

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent