VIDÉO - Face à une recrudescence dans la région du Hebei, des millions de Chinois coupés du reste du pays

CHINE EN MODE DE GUERRE

CHINE - Face à une soudaine flambée de cas de Covid-19 l'empire du Milieu qui se croyait sorti de l'enfer, s'emballe et reconfine coup à coup plusieurs millions de personnes.

À l'approche du Nouvel An lunaire (du 11 au 17 février), le pouvoir central semble atteint d'une certaine fébrilité. Les chiffres sont là,  et il ne s'agit plus de cas sporadiques comme il a pu en exister depuis cet été. Le spectre d'une réelle seconde vague inquiète. Tout a commencé cette fois-ci dans la province du Hebei, limitrophe de Pékin. Sa capitale Shijiazhuang  est considérée comme l'épicentre du récent foyer de Covid-19. 

Ses 11 millions d'habitants se voient désormais interdits d'entrer et de sortir de la ville. Les 7 millions d'habitants de Xingtai connaissent un sort identique. Sur 18 millions de personnes dans ces deux agglomérations, 500 000 seraient en quarantaine. À ce jour, au total, la province a diagnostiqué officiellement ces dernières semaines 560 personnes positives, dont 234 asymptomatiques. 

Alors, aux mêmes maux, les mêmes remèdes : les autoroutes menant à Pékin sont strictement contrôlées. Les personnes positives sont confinées, leurs contacts proches en quarantaine dans les hôtels réquisitionnés, les écoles sont fermées et les réunions familiales interdites. Certaines nouveautés apparaissent : pour tout déplacement, un QR code santé est requis.  Les tests sont plus massifs et plus rapides. 

Un total de 252 testeurs venant d'autres régions  ont été envoyés à Shijiazhuang, Xingtai et Langfang pour contribuer aux tests d'acide nucléique et aider le Hebei à augmenter sa capacité de tests quotidienne à 1,1 million de tubes. La vigilance s'est accrue donc dans le pays, partout où un cas apparaît des mesures coercitives s'exercent désormais. 

Aujourd'hui, par mesure de précaution, 4,9 millions  d'habitants, de et autour, de la ville le Lanfgang ne peuvent plus sortir d'une zone délimitée après la découverte d'un seul cas positif. La mesure est en place pour  sept jours.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : à peine adopté, le pass vaccinal déjà obsolète face à Omicron ?

EN DIRECT - Covid-19 : 298 décès en 24h, le nombre de cas en hausse

Variant Omicron : le vaccin favorise-t-il l'infection au Covid via des "anticorps facilitants" ?

Un patient atteint de pneumothorax s'est-il vu refuser le droit d'être opéré parce qu'il était non-vacciné ?

Faut-il que je paye le raccordement à la fibre de mon domicile ? Le 20H vous répond

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.