VIDÉO - Femmes et enfants de djihadistes : un retour au "cas par cas" confirmé par la ministre des Armées

DirectLCI
TERRORISME - Invitée de la matinale de LCI ce vendredi, la ministre des Armées Florence Parly a confirmé que la France examinerait au "cas par cas" les éventuels rapatriements en France des familles de djihadistes français capturés en Syrie ou en Irak. Mais elle précise que, sur le front, "la France ne fait pas le tri dans les djihadistes".

C'est confirmé : des familles de djihadistes français capturés pourraient éventuellement rentrer en France. La ministre des Armées, Florence Parly, invitée de LCI vendredi matin, a précisé la position de la France sur le traitement des combattants français du groupe État islamique en Irak et en Syrie.


"La France ne fait pas le tri dans les djihadistes dans le combat qu'elle mène contre Daech", a déclaré d'emblée Florence Parly. La ministre, qui avait affirmé il y a quelques jours qu'il est "tant mieux" si des djihadistes français meurent à Raqqa, assume cette déclaration et ajoute que la France est "sans pitié" dans les combats qu'elle mène contre ses ressortissants membres de groupes terroristes. 

"Lorsque des djihadistes de nationalité française sont entre les mains des autorités de pays étrangers, ces pays judiciarisent les ressortissants français, en particulier en Irak", a ajouté Florence Parly. "C'est la justice irakienne qui est chargée d'assurer le traitement judiciaire de ces personnes."

En vidéo

VIDÉO - Familles de djihadistes : les conditions du retour

En revanche, précise-t-elle, "là où il y a une différence à opérer, c'est entre les djihadistes et leur famille, et éventuellement lorsqu'il y a des enfants. C'est là que le traitement intervient au cas par cas." Ces enfants pourraient donc être "rapatriés au cas par cas", a déclaré Florence Parly, confirmant ce qu'avait dit Emmanuel Macron à ce sujet la veille. Mais la ministre des Armées n'a pas évoqué précisément le raptriement éventuel des conjointes ou conjoints de djihadistes qui n'auraient pas combattu en Irak et en Syrie.

690 Français en Irak et en Syrie, dont 295 femmes

Le procureur de la République de Paris, invité vendredi de Franceinfo, a affirmé que 690 Français se trouvent à l'heure actuelle dans la zone irako-syrienne, dont 295 femmes et 28 mineurs combattants de plus de 15 ans. "La majorité des combattants sont tentés par le fait de se maintenir sur cette zone", ajoute le magistrat, qui estime que "le phénomène du retour concerne essentiellement un certain nombre de femmes, le plus souvent veuves, éventuellement avec des enfants".


Pour François Molins, la position de la France, au "cas par cas" pour les familles et les enfants de djihadistes, est "pragmatique" et "pleine de bon sens". Il prévient qu'il faut "se départir de toute naïveté" à l'égard de personnes qui n'expriment "pas de regret", et qu'il ne faut "pas confondre déception et repentir". 

Plus d'articles

Sur le même sujet