VIDÉO - Forces spéciales des talibans : quel rôle jouent-elles en Afghanistan ?

VIDÉO - Forces spéciales des talibans : quel rôle jouent-elles en Afghanistan ?

POINT - Les forces spéciales talibanes, qui existent depuis une quinzaine d'années, ont été aperçues paradant à l'aéroport de Kaboul après le départ des Occidentaux. Quel est leur rôle précis ?

Elle tranche avec l'image habituellement véhiculée de talibans en turban, assis à l'arrière de pick-ups. L'unité "Badri 313", composante des forces spéciales des talibans, fait l'objet d'une intense propagande et jouit d'une aura importante au sein du nouveau régime. Des images diffusées sur les réseaux sociaux par les nouveaux maîtres de Kaboul montre depuis quelques jours des soldats équipés de l'attirail complet du combattant d'exception : arme de guerre, casque et gilet pare-balles, cagoule, sac à dos, lunettes de vision nocturne, radio tactique. 

Toute l'info sur

L'Afghanistan aux mains des talibans

Ce sont les soldats de la "Badri 313", intégrée aux autres forces spéciales du nouveau régime. Elle tiendrait son nom de la bataille de Badr, il y a 1 400 ans, au cours de laquelle le prophète avait triomphé avec 313 soldats seulement.  

Des intérêts politiques puissants

Symboles d'un savoir-faire militaire dont les talibans ne jouissaient pas à l'époque, les membres de Badri 313 "ont démontré leur efficacité sur le champ de bataille", explique Bill Roggio, rédacteur-en-chef du Long War Journal (LWJ), revue américaine consacrée à la guerre contre le terrorisme. "Nous avons pu voir durant l'offensive finale, depuis mai, que les forces spéciales des talibans avaient été centrales dans la prise de l'Afghanistan", ajoute-t-il, sans écarter lui non plus une part d'exagération. Et comme souvent en pareille situation, la rébellion victorieuse s'est copieusement servie dans les arsenaux de ses adversaires. En l'occurrence l'armée nationale afghane, elle-même sous perfusion américaine.

Lire aussi

Au-delà de son efficacité opérationnelle, l'unité Badri 313 sert des intérêts politiques puissants. Elle est intimement liée au réseau Haqqani, une voix qui compte au sein des talibans. Deux de ses représentants assistent à Kaboul aux discussions sur le nouveau gouvernement.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : les tests deviendront payants le 15 octobre seulement pour les non-vaccinés, annonce Jean Castex

Le Covid-19 pourrait altérer la matière grise du cerveau même chez les cas bénins

Taux d'incidence du Covid-19 : où en est l'épidémie en France ?

Ségolène Royal échoue à se faire élire au Sénat

Les filles de Barbès

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.