VIDÉO - Pourquoi Donald Trump a totalement changé d'avis sur le dossier syrien

International

Toute L'info sur

Frappes américaines en Syrie

ANALYSE - Dans la nuit de jeudi à vendredi, Donald Trump a donné l’ordre de mener des frappes aériennes ciblées sur une base aérienne syrienne d'où aurait été menée l'attaque chimique de mardi. Des représailles qui marquent un revirement spectaculaire des Etats-Unis dans le dossier, le président américain déclarant avoir "changé" d’attitude face à Bachar al-Assad.

La Syrie a "franchi de nombreuses lignes" avec l’attaque chimique de mardi ayant fait au moins 86 morts. Et Donald Trump a employé la méthode forte pour réprimander le régime d’Assad, a qui elle est attribuée. Le président américain ne cache pas que son attitude vis-à-vis du président syrien a "changé". En moins de huit jours en effet, la Maison Blanche a opéré une volte-face radicale. Et se permet même de dénoncer les occasions gâchées de Barack Obama sur ce dossier syrien. Fin mars, devant les Nations-Unies, l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, avait exposé la doctrine Trump sur la Syrie : le changement de régime n'était alors pas une priorité. Washington s'alignait sur la position russe, forçant au passage ses alliés, dont la France, à prendre acte.

Voir aussi

Les images terrifiantes d'enfants asphyxiés ont tout changé

Mais ça, c'était avant que les images terrifiantes d'enfants asphyxiés ne fassent le tour de la planète. Touché, le magnat de l’immobilier a négocié un virage à 180°. En 2013, Barack Obama, confronté à la même situation à la suite d'une précédente attaque chimique qui avait fait des centaines de morts près de Damas, avait renoncé à des frappes au profit de négociations avec la Russie. Donald Trump, alors simple candidat, avait enjoint le président de ne pas attaquer : "Bon nombre de rebelles syriens sont des jihadistes radicaux. Ils ne sont pas nos amis et les soutenir ne servira pas notre intérêt national. Restons en dehors de la Syrie (...) Encore une fois, n’attaquez pas la Syrie – si vous le faites, de mauvaises choses de produiront et de ces frappes, les États-Unis n’obtiendront rien". Aujourd'hui, c'est un tout autre son de cloche : il estime que son prédécesseur a gâché une "grande occasion" de résoudre la crise.

En vidéo

Syrie : Donald Trump a ordonné plusieurs frappes militaires

Voir aussi

Coup de poing sur la table pour redorer l'image de la diplomatie américaine ou volonté de faire diversion face à ses soucis politiques intérieurs ? Washington a pris soin d'informer son allié russe avant ses frappes et affirme qu'il ne s'agit en rien d'une entrée en guerre. Mais ces bombardements démontrent que les États-Unis sont prêts à intervenir seuls en Syrie, de retour dans leur rôle de gendarme du monde. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter