VIDÉO - Frappes américaines en Syrie : Hollande annonce la réunion d'un conseil de défense en fin de journée à l'Elysée

SYRIE - François Hollande a brièvement pris la parole vendredi matin pour annoncer qu'un Conseil de défense serait réuni à 19 heures à l'Elysée. Bachar Al-Assad porte "l'entière responsabilité" des frappes américaines ayant visé une base militaire de son régime en représailles à une attaque chimique présumée, avait-il auparavant estimé dans un communiqué commun avec Angela Merkel.

La "réponse" américaine "doit être poursuivie au niveau international". François Hollande a prononcé une brève allocution en milieu de matinée vendredi pour réagir aux frappes américaines qui ont détruit dans la nuit une base aérienne du régime de Bachar Al-Assad. Le chef de l'Etat, qui s'est prononcé pour une action "dans le cadre des Nations Unies, si c'est possible", a annoncé qu'un conseil de défense serait réuni à 19 heures à l'Elysée.


Le président syrien Bachar al Assad, dont le régime est accusé d'être derrière l'attaque au gaz commise mardi dans le nord-ouest du pays, porte l'"entière responsabilité" des frappes menées dans la nuit par Washington contre une base aérienne syrienne, avait auparavant estimé le chef de l'Etat dans un communiqué commun avec Angela Merkel.


 Le chef de l'Etat français et la chancelière allemande se sont entretenus au téléphone ce vendredi matin sur la situation en Syrie, peut-on lire dans ce texte conjoint de l'Elysée et de la chancellerie. "A la suite du massacre chimique perpétré le 4 avril à Khan Cheikhoune dans le nord-ouest de la Syrie, une installation militaire du régime syrien utilisée pour des bombardements chimiques a été détruite cette nuit par des frappes américaines", ajoutent les deux dirigeants, précisant en avoir été préalablement informés. "Assad porte l'entière responsabilité de ce développement".

En vidéo

Syrie : Donald Trump a ordonné plusieurs frappes militaires

"C'est ce que la France avait demandé à l'été 2013"

"Son recours continu aux armes chimiques et aux crimes de masse ne peut en effet rester impuni", estiment-ils. "C’est ce que la France avait demandé à l'été 2013 au lendemain de l’attaque chimique de la Ghouta." 


"La France et l’Allemagne poursuivront donc leurs efforts avec leurs partenaires dans le cadre des Nations Unies pour sanctionner de la manière la plus appropriée les actes criminels liés à l’utilisation des armes chimiques interdites par tous les traités", poursuivent François Hollande et Angela Merkel.


Dans le même temps, Paris et Berlin appellent "la communauté internationale à se rassembler en faveur d’une transition politique en Syrie, conformément à la résolution 2254 du Conseil de sécurité et au communiqué de Genève".

Hollande veut tout faire pour "empêcher qu'il y ait de nouveau utilisation des armes"

Lors d’une brève allocution plus tard dans la matinée, François Hollande a estimé   que la "réponse" des Etats-Unis devait "maintenant être poursuivie au  niveau international, dans le cadre des Nations Unies si c'est possible, de façon à ce que nous puissions aller au bout des sanctions  contre Bachar el-Assad et empêcher qu'il y ait de nouveau utilisation des armes  chimiques et l'écrasement par ce régime de son propre peuple".

En vidéo

Hollande : "La France prendra toutes les initiatives pour relancer le processus de transition politique en Syrie"

Le chef de l'Etat a également indiqué qu’il réunira un Conseil de  défense à l'Elysée ce soir à 19h00.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Frappes américaines en Syrie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter