"Des gens craquent chaque jour" : le calvaire des 25 Algériens bloqués à Roissy depuis plus d'un mois

"Des gens craquent chaque jour" : le calvaire des 25 Algériens bloqués à Roissy depuis plus d'un mois

KAFKAÏEN - Il y a plus d'un mois, 25 Algériens ont quitté le Royaume-Uni pour rentrer en Algérie. Mais le pays a décidé de fermer ses frontières pendant leur escale à Paris. Depuis, ils vivent dans la zone internationale de Roissy-Charles-de-Gaulle.

Leur voyage a viré au cauchemar. Depuis 38 jours, comme dans un mauvais remake du film Le Terminal avec Tom Hanks, l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle à Paris est devenu le lieu de vie de 25 ressortissants algériens. Ils filment eux-mêmes ce calvaire afin d'alerter les autorités. "Ça fait un mois et demi qu'on mange des repas froids, raconte l'un d'eux, contacté par téléphone par TF1. Certains dorment sur  le sol, d'autres sur des chaises. Physiquement, on a mal au dos. Il y a la climatisation aussi. Il fait très, très froid, surtout la nuit. Il y a des gens qui craquent chaque jour" dont des enfants, des personnes âgées, cardiaques ou encore diabétiques.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Une affaire diplomatique

Mais que s'est-il passé ? Partis il y a plus d'un mois de leur lieu de résidence, Londres, à destination de leur ville natale, Alger, leur avion a fait escale dans la capitale française au moment où l'Algérie fermait ses frontières pour bloquer le variant anglais. Depuis, ces passagers sont bloqués dans l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. Ils ne peuvent ni retourner en Angleterre - leur titre de séjour étant expiré -, ni quitter les quatre murs dans lesquels ils sont enfermés - n'ayant pas de visa français. 

L'Algérie, elle, ne semble pas disposer à les rapatrier, leur suggérant d'attendre la réouverture des frontières. Cette situation s'est transformée en imbroglio juridique où tout le monde se renvoie la balle. "C'est devenu une affaire diplomatique, affirme leur avocat Alexandre André. La France se doit d'intervenir au niveau des autorités algériennes. Nous leur demandons aussi de faire tout le nécessaire pour accueillir leur ressortissant dans leur pays." 

Pourtant, des vols continuent de quitter Paris en direction d'Alger. "Tous les jours, il y a deux vols sur Alger, complète sa consœur Karima Hadj Said. Donc nous ne comprenons vraiment pas cette manière de gérer la crise, c'est insensé." 

Lire aussi

Pour l'heure, aucune solution n'a été trouvée pour ces victimes collatérales de la crise sanitaire. Trois actions en justice ont néanmoins été lancées, dont l'une d'elles a déjà été rejetée lundi dernier par le tribunal administratif de Paris

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Les vaccins Pfizer ont-ils plus d'effets indésirables qu'AstraZeneca ?

Une troisième dose de Pfizer "probablement" nécessaire : la mise au point de Gérald Kierzek

REVIVEZ - La famille royale et le Royaume-Uni ont rendu un dernier hommage au prince Philip

Déconfinement : les pistes du gouvernement

EN DIRECT - Covid-19 : 30.329 personnes hospitalisées dont 5.877 en réa, des chiffres en légère baisse

Lire et commenter