Ghana : immersion dans le village des sorcières

Ghana : immersion dans le village des sorcières

Au Ghana, des associations se battent contre la survivance de traditions et de croyances aux conséquences parfois dramatiques. Accusées de sorcellerie, des femmes sont chassées de leur communauté. Elles se sont réfugiées dans un camp totalement isolé.

Pour suivre cette femme, comprendre son histoire et celle de ses sœurs de fortune, il faut laisser derrière nous, tous nos repères. Entrer dans le camp des sorcières, c'est accepter que la magie fasse partie du quotidien. Ces femmes ont été condamnées à l'exil par leurs communautés, rejetées car accusées de sorcellerie. "Un jour, mon fils s'est disputé avec une fille. Et puis cette fille est tombée malade, et elle est décédée. Son père est venu me voir, c'est toi qui lui as jeté un sort. Quand il m'a accusé d'être une sorcière, j'ai réalisé que ma vie est en danger et j'ai fui", raconte une femme accusée de sorcellerie, Suguri Zenabu.

Toute l'info sur

Le WE

Son histoire est loin d'être une exception. Il existe cinq camps comme celui-ci au Ghana. L'an dernier, une femme a même été assassinée. "J'ai fui. J'ai marché pendant 7 jours. Quand le chef du village m'a accueilli ici, j'étais très faible", témoigne Konduug Konlan, femme accusée de sorcellerie.

Comme une prison à ciel ouvert qui les protège, leur quartier est situé au cœur du village de Gambaga. Leur seul lien avec le reste des habitants, c'est Samson Laar, le coordinateur du camp. Il a été créé par une ONG, mais c'est encore une histoire de magie qui rend son existence possible. "Le chef du village est très puissant. Si tu veux jeter un sort à quelqu'un, il t'en empêchera spirituellement. Sans lui, beaucoup d'habitants n'accepteraient pas ces femmes", révèle-t-il. Découvrez la suite de ce reportage dans la vidéo en tête de cet article.

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.