VIDEO - Il y a 70 ans, Nagasaki frappée par l'horreur nucléaire

International
MÉMOIRE - Le 9 août 1945, trois jours après la première attaque nucléaire lancée à Hiroshima, une deuxième bombe était larguée sur la ville japonaise de Nagasaki, tuant 74 000 personnes. La ville a commémoré le drame ce dimanche.

N'aurait-elle pas pu être évitée ? La question hante encore, soixante-dix ans après l'attaque nucléaire lancée par les Etats-Unis à Nagasaki. Le 9 août 1945, à 11h02, un avion américain largue "Fat Man", une bombe nucléaire au plutonium, sur cette ville du sud du Japon. L'explosion détruit 80% des bâtiments de la ville et tue 74.000 personnes. Trois jours après l'attaque d'Hiroshima , qui avait déjà fait 140.000 victimes.

Nagasaki n'aurait jamais dû subir cette attaque, mais un dramatique concours de circonstances a scellé son sort. Alors que la cible initiale était la ville de Kokura, abritant une importante usine d'armement, le ciel trop nuageux a convaincu le pilote du bombardier de changer de cap. Et le second bombardement n'aurait dû intervenir que le 11 août , si les conditions météo n'avaient poussé les Américains à changer d'agenda. Ce alors que le Japon avait déjà décidé sa reddition.

"Ecoutez la parole des anciens"

Soixante-dix ans après, les habitants de la ville ont observé une minute de silence, tandis que les cloches retentissaient dans tout Nagasaki, ancien comptoir d'échanges commerciaux entre le Japon et l'étranger et cité connue pour son importante communauté chrétienne.

À LIRE AUSSI >> VIDÉO - "Mon Dieu, qu'avons-nous fait?" : le jour où les Etats-Unis ont lâché le feu nucléaire

"Je lance un appel aux jeunes: écoutez la parole des anciens et réfléchissez à ce que vous-mêmes pouvez faire pour la paix", a déclaré le maire de Nagasaki, Tomihisa Taue, devant une foule de 6.700 personnes, dont le Premier ministre japonais Shinzo Abe et l'ambassadrice des Etats-Unis au Japon Caroline Kennedy parmi les représentants de 75 pays.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter