Rupture d'un glacier dans l'Himalaya, au moins 26 morts et 170 disparus

Rupture d'un glacier dans l'Himalaya, au moins 26 morts et 170 disparus

CATASTROPHE - La rupture d'un glacier himalayen a provoqué la très brutale crue d'une rivière au nord de l'Inde dimanche. Un nouveau bilan fait état d'au moins 26 morts et 171 disparus.

Une véritable catastrophe s'est produite. Au moins 26 personnes sont mortes et 171 restent portées disparues dans le Nord de l'Inde selon un nouveau bilan annoncé ce lundi en fin de journée à la presse par le Premier ministre de l'État de l'Uttarakhand, Trivendra Singh Rawat au lendemain d'une crue subite attribuée à  la rupture d'un glacier de l'Himalaya. 

Les recherches ont repris dès le lever du jour lundi, avec 200 sauveteurs mobilisés, a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police de la frontière indo-tibétaine (ITBP).

La plupart des disparus travaillaient dans deux centrales électriques sur le barrage de Richiganga. Certains sont restés coincés dans deux tunnels obstrués par les flots, la boue et des rochers. Douze personnes ont été secourues dimanche dans l'un d'eux, mais il en reste 25 à 35 coincées dans le deuxième, a précisé à l'AFP Piyoosh Rautela, responsable de l'aide aux victimes de catastrophes dans l'Uttarakhand.

Des difficultés techniques entravaient les opérations de sauvetage dans le tunnel mais 90 m à l'intérieur ont déjà été déblayés et sont accessibles, selon Vivek Kumar Pandey, un autre responsable local.

Les autorités ont vidé deux barrages pour empêcher les eaux en furie de gonfler le Gange dans les villes de Rishikesh et Haridwar. Elles ont interdit aux habitants des deux villes de s'approcher des rives du fleuve sacré. Les villages dans les montagnes surplombant la rivière ont été évacués, et les autorités assuraient dimanche soir que le plus gros du danger d'inondation était passé.

Quatorze glaciers surplombent la rivière dans le parc national Nanda Devi. Ils font l'objet d'études scientifiques, en raison du changement climatique et la déforestation qui accroît les risques de rupture. La fonte d'un quart de la glace de l'Himalaya observée ces quatre dernières décennies est imputable à la hausse des températures.

"Les avalanches sont un phénomène courant dans la zone du bassin versant", a expliqué dimanche à l'AFP M.P.S. Bisht, le directeur du Centre d'applications spatiales de l'Uttarakhand. "De gros glissements de terrain se produisent également couramment". En 2013, des inondations dévastatrices dues à la mousson avaient tué 6000 personnes dans l'Etat, entraînant des appels à revoir les projets de développement dans l'Uttarakhand, en particulier dans les zones isolées comme celle du barrage de Rishi Ganga.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Proche-Orient : Biden exprime son soutien au cessez-le-feu auprès de Netanyahu

EN DIRECT - Covid-19 : l'Inde enregistre sa journée la plus meurtrière depuis le début de la pandémie

Gérald Darmanin s'invite à la manifestation des policiers devant l'Assemblée le 19 mai

La Commission européenne préconise-t-elle réellement de fixer la retraite à 70 ans ?

Carte bancaire : vos achats en ligne de plus de 30 euros désormais soumis à l'authentification forte

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.