VIDÉO - Indonésie : malgré la menace du volcan Agung, les vols reprennent à l'aéroport de Bali

DirectLCI
HAPPY END - L'aéroport de Bali, menacé par les cendres rejetées par l'éruption du volcan Agung, a rouvert ce mercredi. Au grand soulagement des 120.000 touristes qui étaient coincés sur l'île depuis trois jours.

"L'aéroport international de Bali a commencé à opérer normalement", a annoncé dans un communiqué l'autorité du contrôle aérien. Une nouvelle accueillie avec joie par les 120.000 touristes qui patientaient depuis trois jours sur l'île pour cause de cendres rejetées dans l'atmosphère par le volcan Agung. 


A l'origine de cette heureuse nouvelle, des vents favorables qui ont fait changer la direction des cendres. "Mais nous continuons de surveiller la situation sur le terrain constamment", a précisé à l'AFP le porte-parole de l'aéroport Ngurah Rai de Bali, Aroe Ahsanurrohim, n'excluant pas une nouvelle fermeture en cas de vents défavorables.

Près de 450 vols perturbés

La pagaille est à la hauteur de la situation : près de 430 vols intérieurs et internationaux ont été perturbés ce mercredi matin. La veille, la fermeture de l'aéroport international en avait touché près de 450. Les compagnies aériennes ont dû dérouter leurs appareils vers d'autres aéroports de la région. Et trouver des solutions pour rapatrier leurs passagers. 


Ainsi, un dispositif exceptionnel de seize vols vers l'Australie devrait être mis en oeuvre jeudi par la compagnie aérienne australienne Qantas et sa filiale à bas coût Jetstar pour ramener chez eux quelque 3.800 Australiens. Du côté de la France, le Consulat est à la recherche de volontaires pour permettre au mieux de renseigner tous les touristes français toujours bloqués à Bali.

L'aéroport international Ngurah Rai de Bali se trouve à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest du volcan Agung, dont

l'éruption a saturé de cendres les couloirs de navigation aérienne. Le volcan, qui culmine à plus de 3.000 mètres, dégage des

panaches de fumée, accompagnés sporadiquement d'éruptions explosives. 


Par mesure de sécurité, les autorités ont ordonné lundi l'évacuation de 100.000 personnes vivant à proximité. Une zone de sécurité a été mise en place dans un rayon de huit à dix kilomètres autour du sommet du volcan. La dernière éruption majeure d'Agung, en 1963, avait fait plus de 1.000 morts et rayé plusieurs villages de la carte. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter