Libre, Sophie Pétronin se confie à TF1-LCI : "La première chose que je voulais, c'était retrouver mon fils"

Libre, Sophie Pétronin se confie à TF1-LCI : "La première chose que je voulais, c'était retrouver mon fils"

INTERVIEW EXCLUSIVE - Dans une interview accordée à TF1 ce vendredi, en compagnie de son fils Sébastien, Sophie Pétronin revient sur ses années de captivité au Mali et rassure sur son état de santé. "Je vais bien, contrairement à ce que l'on pourrait penser", déclare-t-elle.

Après presque quatre ans de captivité, Sophie Pétronin, âgée de 75 ans et otage au Mali depuis décembre 2016, a été libérée en compagnie de trois autres otages, deux Italiens et l'homme politique malien Soumaïla Cissé. Le tout en échange de la libération de près de 200 djihadistes par les autorités maliennes.

Quelques heures après son retour en France, Sophie Pétronin a accordé une interview aux équipes de TF1. Elle revient notamment sur son état de santé : "Je vais bien, contrairement à ce que l'on pourrait penser. J'ai toujours été respectée, ils ont pris soin de moi, je ne peux pas mentir. Ils m'ont fait venir un médecin quand j'étais malade. Il est revenu me voir plusieurs fois." Les examens médicaux ont tout de même montré "quatre vertèbres cassées", rappelle son fils. "Ah oui, j'avais oublié", réagit l'humanitaire.

Toute l'info sur

La libération de Sophie Pétronin

"La première chose que je voulais, c’était descendre de l'avion et retrouver mon fils. Je sais que mon fils s’est battu pour ma libération, c’est un battant", explique Sophie Pétronin, avant d'évoquer un éventuel retour au Mali, où elle a résidé durant près de vingt ans : "Avec la permission de mon fils, je retournerai au Mali, à Bamako mais pas à Gao." "Il ne sera plus question de retourner dans des zones à risque. Le Mali reste un pays qu’on aime tous les deux, pourquoi pas retourner à Bamako", confirme son fils Sébastien.

Lire aussi

"Plusieurs fois on a cru à une libération. J'étais hors du temps et du l'espace, entre le ciel et la Terre. On a voyagé, on a même quitté le Mali. J'ai beaucoup prié, fait de la relaxation, cherché de l'énergie", ajoute-t-elle avant que son fils, Sébastien Chadaud-Pétronin, ne prenne la parole : "J’ai l’impression de retrouver ma mère presque comme je l’ai laissée." "Cela faisait quatre ans que je retenais mes larmes. J’étais comme un enfant, c’est ma mère qui m’a consolé, c’est le monde à l’envers !", confie-t-il encore.

"Elle nous a bluffé à Bamako, parce qu’elle commençait déjà à nous délivrer un message d’amour de paix. Elle continue d’être touchée et préoccupée par les enfants" a précisé Sébastien Chadaud-Pétronin avant d'évoquer les jours qui viennent : "On va retrouver notre petite famille et notre petit groupe d’amis, on va pousser un gros ouf de soulagement." "Cette libération pourrait-elle être une lueur d’espoir pour un processus de paix ? Ne pourrait-elle pas être initiatrice de quelque chose de meilleur, un élément déclencheur ? Je l’espère", conclut le fils de l'ex-otage.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 9000 nouveaux cas mardi, la barre des 50.000 morts franchie

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

Lire et commenter