VIDEO – Irak : les impressionnantes images de la libération des otages de l’Etat islamique

VIDEO – Irak : les impressionnantes images de la libération des otages de l’Etat islamique
International

SUCCES DU RAID - Le gouvernement régional kurde vient de dévoiler une vidéo montrant les images de la libération d’otages prisonniers de l’Etat islamique jeudi dernier, dans le nord de l’Irak, par les forces américaines et leurs alliés kurdes.

On voit les prisonniers sortir en file indienne, courbés en deux, pressés par les soldats. Une vidéo montrant le moment critique du raid mené jeudi par des forces américaines et kurdes contre une prison de l’Etat Islamique, dans le nord de l’Irak, vient d'être publiée. A l'issue de cet assaut, des dizaines de prisonniers ont été libérés. Mais un soldat d’élite américain de 39 ans, le Sergent Joshua Wheeler, a été tué dans l’opération.

La séquence vidéo a été dévoilée par le gouvernement régional kurde , et des sources américaines au Pentagone ont confirmé que les images étaient authentiques. La vidéo a été prise par une caméra attachée au casque d’un membre du commando. Les images montrent les soldats en tenue de camouflage s’introduire dans une prison en flamme, gardant leurs mains sur la gâchette de leurs armes, pendant que des hommes vêtus de djellabas sortent en file indienne. Les otages sont pieds nus, avancent l’air apeuré, les mains au-dessus de la tête. Le tout sous le crépitement incessant des armes. Un des hommes apparaît couvert de sang, et désorienté. Les soldats lui ordonnent de continuer à avancer en arabe.

Opération libération

Une autre scène montre les soldats entrer dans une pièce sombre, où un gigantesque drapeau noir et blanc de Daech est pendu sur le mur du fond. Puis, le soldat portant la caméra vide les poches de quatre locaux, et les fait avancer dans un couloir. "Mets cet homme-là", dit une voix à l’accent américain. "On en a d’autres qui arrivent."


Selon le Pentagone, près de 70 prisonniers, dont plus de 20 membres des forces de sécurité irakiennes détenus dans la prison ont été libérés grâce à cette opération. Cette participation directe à des combats tranche avec le mode d'action habituel des forces américaines en Irak (3 500 hommes environ). Celles-ci sont normalement cantonnées à un rôle de conseil et d'assistance aux forces locales (forces régulières irakienne et Peshmergas), et restent à l'écart en principe des zones de combat. Il s'agit d'appliquer le principe du "pas de soldats sur le terrain" ("no boots on the ground"), posé par le président Barack Obama, qui refuse la participation de troupes américaines aux opérations terrestres contre le groupe jihadiste Etat islamique.

Mais d’après le Pentagone, les forces spéciales américaines et leurs alliés kurdes ont décidé de monter cette mission la semaine dernière car ils avaient eu des informations faisant craindre une exécution de masse imminente. Ils avaient notamment repéré des tombes fraîchement creusées. Le ministre de la Défense a rappelé le précédent d'un raid des forces spéciales américaines en Syrie en mai 2015 contre Abou Sayyaf, un haut responsable des jihadistes ultra-radicaux. Ces raids de forces spéciales "sont une grande force américaine", a souligné le chef du Pentagone. "Quand nous aurons des opportunités de mener des actions pour avancer efficacement la campagne" contre le groupe Etat islamique, "nous les saisirons", a-t-il ajouté. Cela ne veut pas dire "que nous adoptons une mission de combat" en Irak, a-t-il immédiatement nuancé.

A LIRE AUSSI >> Daech confirme la mort de son numéro 2

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent