VIDÉO - Irak : une réfugiée yézidie retrouve son fils, enlevé il y a trois ans par Daech

International
DirectLCI
LA BELLE HISTOIRE DU JOUR - Libéré le mois dernier par l'armée irakienne, un garçon de 12 ans enlevé par le groupe État islamique en août 2014 a pu rejoindre sa mère, réfugiée au Canada.

Trois ans sans le voir et dans le doute. Quelques semaines après avoir appris par un proche resté en Irak que son fils enlevé  par Daech était vivant, une réfugiée yézidie a pu le serrer dans ses bras. Les retrouvailles ont eu lieu le 17 août à l'aéroport de Winnipeg, dans la province canadienne du Manitoba, où est réfugiée la mère de famille et ses plus jeunes enfants depuis six mois. Le jeune rescapé se réadapte désormais petit à petit à la vie en dehors de la captivité. Il réapprend notamment à parler kurde après avoir été forcé à n'utiliser que l'arabe ces dernières années.


C'est en août 2014 que les membres de cette famille yézidie originaire du nord de l’Irak ont été séparés après avoir été capturés par le groupe État islamique. Après deux années passées en captivité, la mère et ses quatre plus jeunes enfants se sont échappés durant des bombardements aériens de la coalition internationale. Mais elle restait toujours sans nouvelle de son mari et de ses deux aînés, jusqu'à un dimanche de juillet dernier. 

Visage poussiéreux et cheveux ébouriffés

Ce jour là, son beau-frère l'a appelée après avoir découvert la photo du jeune garçon amaigri, visage poussiéreux, cheveux ébouriffés et regard hagard, sur les réseaux sociaux. L’armée irakienne venait de les prendre et de les diffuser après avoir secouru le garçon dans l’espoir que des proches le reconnaîtraient. Cela a porté ses fruits. Après avoir appris l'heureuse nouvelle, la mère a demandé l'aide du gouvernement canadien pour que son fils puisse rapidement la rejoindre.


Dès ses premiers jours au Canada, l'enfant, qui dépend désormais de l’Accueil francophone, comme sa famille, a fait l'objet d'un bilan de santé complet et a été reçu par des spécialistes des traumatismes pour évaluer son vécu pendant ses années de captivité.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter