Qui est Naftali Bennett, le nouveau Premier ministre israélien ?

Israël : Naftali Bennett devient Premier ministre, Netanyahu écarté après 12 ans de règne

PORTRAIT - Naftali Bennett est devenu ce dimanche, à la faveur d'un jeu de coalition, le 13e Premier ministre d'Israël. Il succède à Benjamin Netanyahu, son mentor.

Naftali Bennett a fini par avoir la peau de "Bibi". Après plusieurs années passées dans l'ombre de Benjamin Netanyahu, cette figure de l'extrême droite israélienne est devenu ce dimanche soir le nouveau Premier ministre de son pays. Une consécration pour ce personnage atypique qui, à seulement 49 ans, semble déjà avoir plusieurs vies.

Fils d'immigrants américains, ce natif d'Haïfa débute sa carrière dans la prestigieuse unité militaire "Sayeret Matkal". Il restera six ans sous l'uniforme. Après l'armée, diplôme de droit en poche, il prend un premier virage à 180 degrés et se lance dans les nouvelles technologies. Avec un certain succès :  avec son entreprise de cybersécurité Cyotta, il devient une figure de la "start-up nation" en Israël avant de vendre sa société pour 145 millions de dollars en 2005. 

"Les terroristes doivent être tués, pas libérés"

L'année suivante, il décide de repartir à zéro et fait le saut en politique. Il s'encarte au Likoud, le parti pour lequel a toujours voté sa famille et où il devient le bras droit d'un certain Benjamin Netanyahu. Très proches, les deux hommes prennent rapidement leurs distances. Deux ans plus tard, Naftali Bennett quitte le parti pour diriger le Conseil de Yesha, principale organisation représentant les colons israéliens en Cisjordanie, qui deviendront son fonds de commerce politique, même si lui n'a jamais habité dans l'une de ces implantations controversées.

En 2012, ce père de quatre enfants prend les rênes de Foyer Juif, le parti historique des colons qui s'est ensuite greffé à d'autres micro-partis pour former "Yamina" (À droite). C'est alors qu'il multiplie pendant des années les propos nationalistes musclés. Selon lui, il n'y a pas d'occupation israélienne en Cisjordanie car "il n'y a jamais eu d'Etat palestinien". Autre déclaration fracassante : les "terroristes doivent être tués, pas libérés".

Lire aussi

"Un jour de changement"

Pour autant, celui qui a occupé cinq portefeuilles ministériels depuis 2013 n'a jamais montré d'ardeur à transformer ces déclarations en véritable projet politique. "Je suis dans une position confortable, toujours un peu à la droite de Bibi (Netanyahu ndlr). Quand je m'exprime sur les questions diplomatiques ou sécuritaires, il va finir par monter d'un cran pour me rattraper", reconnaissait le principal intéressé il y a quelques années.

Au fil des ans, il devient une figure incontournable du camp nationaliste, allant du centre droit jusqu'à l'extrême droite. Et se retrouve ainsi sur la voie royale : malgré son faible score aux dernières législatives il y a quelques semaines, il apparait vite comme l'homme providentiel. Mais son ralliement surprise à la nouvelle alliance hétéroclite - qui va de son parti de droite à la gauche en passant par l'appui d'un parti arabe - a été négocié au prix fort. En l'occurrence le poste de Premier ministre jusqu'en 2023. "J'ai choisi ce qu'il fallait faire pour le bien d'Israël", a expliqué ces derniers jours celui qui devient ce dimanche le premier chef de gouvernement religieux de l'Histoire du pays à porter une kippa. 

Ce soir, au moment de savourer sa victoire, Naftali Bennet a joué la carte de l'apaisement, se voulant rassembleur. "Je comprends que ce ne soit pas un jour facile pour beaucoup aujourd'hui, mais ce n'est pas un jour de deuil, c'est un jour de changement, de changement de régime dans une démocratie". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

EN DIRECT - Covid-19 : la Martinique se reconfine dès vendredi

PHOTO - Emmanuel Macron préside un conseil des ministres depuis son avion, un fait inédit

Covid-19 : le pass sanitaire élargi entrera en vigueur le 9 août

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France stagne, après l'or en aviron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.