VIDÉO - Italie : il agresse violemment un journaliste pendant une interview

DirectLCI
VIOLENCE GRATUITE - Le parquet de Rome a ouvert une enquête après l'agression d'un journaliste italien par le gérant d'une salle de sports, frère d'un présumé mafieux. Une affaire qui a suscité une vague d'indignation dans le pays.

Alors qu'il était interrogé mardi sur son amitié avec un représentant local du mouvement néo-fasciste CasaPound, Roberto Spada, le frère d'un présumé mafieux italien, a soudainement assené un violent coup de tête à un journaliste, lui fracturant ainsi le nez. L’agression s’est déroulée en plein interview : "Il m'a frappé parce que je posais des questions. Il devrait demander pardon à Ostie (ndlr : un quartier de Rome) pour l'image qu'il donne de la ville" a déclaré à l'AFP, Daniele Piervincenzi, le journaliste agressé.


Le mouvement néo-fasciste CasaPound a demandé jeudi lors d'une conférence de presse l'ouverture d'une enquête "afin de démontrer si le mouvement entretient ou non un lien criminel ou de collusion avec la famille Spada" selon son vice-président, Simone Di Stefano, qui a qualifié l'agression de "violence gratuite, méprisable, hallucinante". 


Roberto Spada s'est ensuite excusé sur Facebook : "Pardonnez-moi, je comprends et je respecte le travail de tous". Mais selon lui, le journaliste "entrait en force dans une association réservée aux seuls membres, il perturbait une séance de travail, faisant peur à mon fils. Vous, qu'auriez-vous fait ?" ajoutant que "la patience a des limites". 

Vague d'indignation dans le pays

D'abord laissé libre parce que les blessures infligées au journaliste n'étaient pas considérées comme graves d'un point de vue juridique, Roberto Spada a finalement été interpellé jeudi après-midi par la police. Il risque jusqu'à trois ans de prison pour coups et blessures. 


Observant l'émotion suscitée en Italie, le chef du gouvernement a téléphoné au journaliste pour exprimer sa "solidarité après cette agression brutale". "L'arrestation de Roberto Spada est la démonstration qu'il n'existe pas en Italie de zones de non-droit", a assuré pour sa part le ministère de l'Intérieur. 


La famille Spada est considérée par la justice italienne comme un clan mafieux sévissant dans la région littorale de la capitale. Son chef présumé, Carmine Spada, frère de Roberto, a été condamné en 2016 à dix ans de prison pour extorsion dans le cadre d'une association mafieuse.

Plus d'articles

Sur le même sujet