VIDÉO - "Je dirai ce que je pense, il dira ce qu'il pense" : première rencontre délicate entre Trump et le pape

DIPLOMATIE - Donald Trump, président des États-Unis, a été cordialement accueilli ce mercredi matin au Vatican par le pape François, pourtant souvent aux antipodes de ses idées.

"Une personne qui veut construire des murs et non des ponts n'est pas chrétienne." La petite phrase, balancée par le pape François en plein milieu de la campagne présidentielle américaine, avait rendu Donald Trump furieux. Cela n’a toutefois pas empêché le protestant revendiqué d’être élu président des États-Unis en recueillant une large majorité du vote catholique. Les deux hommes se sont rencontrés pour la toute première fois ce mercredi matin au Vatican. 


Comme en attestent les images ci-dessus, l’accueil du souverain pontife a été cordial, lançant un "bienvenue" auquel le dirigeant de la plus grande puissance mondiale, en visite dans le plus petit État de la planète, a répondu : "C’est un très grand honneur." Ils se sont ensuite isolés pour un entretien d’une demi-heure.

"Je dirai ce que je pense, il dira ce qu'il pense", avait récemment prévenu le pape François. Qui sous-entendait ainsi que les sujets de dissensions entre eux – vente d’armes, immigration, économie libérale – demeureraient fatalement à l’issue de leur discussion. Toutefois, celui que l’on surnomme le "pape des pauvres" s’est efforcé de construire des ponts plutôt que des murs, même s’il a en l’occurrence filé une nouvelle métaphore en affirmant "chercher les portes qui sont au moins un peu ouvertes"... 


Son idée principale, selon des sources proches du Vatican, est de faire évoluer les positions du milliardaire au sujet du changement climatique. La suite dira s’il s’agissait ou non d’un vœu pieux. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter