VIDEO - "Je n’aime pas le racisme" : Georges W. Bush critique la politique de Donald Trump (sans le nommer)

RETOUR - Le 43e président des Etats-Unis, Georges W. Bush, a accordé plusieurs entretiens aux médias. L’occasion de livrer ses premiers commentaires sur la politique de Donald Trump depuis son arrivée à la Maison Blanche en janvier dernier.

Silencieux lors des deux précédents mandats menés par Barack Obama, Georges W.Bush a choisi la sortie d’un nouveau livre-portraits en l’honneur des anciens combattants blessés dans les guerres en Afghanistan et en Irak pour prendre la parole et critiquer les positions du nouveau locataire du 1600, Pennsylvania Avenue. Dans une interview accordée au nouveau numéro du magazine People , l’ancien président, aux côtés de sa femme Laura, n’a en effet pas mâché ses mots envers la nouvelle politique américaine, sans jamais pour autant citer le principal intéressé. "Je n’aime pas le racisme, je n’aime pas les injures et je n’aime pas les gens qui se sentent étrangers". Des propos qui rejoignent ceux tenus en début de semaine sur NBC quant au décret présidentiel interdisant temporairement l’accès du territoire aux ressortissants de 7 pays musulmans. "Je suis favorable à une politique d’immigration accueillante et qui respecte la loi", avait-il alors déclaré.

Un climat "assez laid" à WashingtonGeorges W. Bush à People

L’ancien leader américain a qualifié d’"assez laid" le climat actuel à Washington, mais pour autant, il ne se dit pas inquiet pour l’avenir du pays. "Nous avons traversé ce type de périodes auparavant et nous avons toujours un chemin de sortie. Je suis plus optimiste que certains". Pour autant, il ne jouera pas le rôle d’opposant. "Quand le président Obama a été élu (…) je n’ai pas eu envie de me prononcer parce que je n’ai pas voulu compliquer le travail. Et je ne vais pas le faire maintenant. Cependant, au centre Bush, nous parlons fort".

Les médias indispensables à la démocratieGeorges W. Bush à People

L'ancien président est également revenu sur les attaques du milliardaire Donald Trump contre la presse, qu’il juge "ennemi du peuple américain". Et là encore, son point de vue diverge. "Les médias sont indispensable à la démocratie. Nous avons besoin des médias pour que les gens comme moi aient des comptes à rendre (…) Le pouvoir peut-être addictif et corrosif. Il est important pour les médias de mettre en lumière les gens qui abusent de leur pouvoir, que ce soit ici ou ailleurs", a-t-il déclaré sur NBC. Depuis l'investiture de Trump en janvier, les deux hommes n'ont jamais échangé.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le "Muslim Ban" de Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter