VIDÉO - Jérusalem, capitale d'Israël ? Pour Alain Finkielkraut, "la décision de Trump risque d'embraser la région"

DirectLCI
PARTI PRIS - Invité de "L'Entretien d'Audrey" sur LCI ce dimanche, le philosophe Alain Finkielkraut a dénoncé la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël. Il a aussi jugé que le Crif avait outrepassé ses prérogatives en demandant à Emmanuel Macron de suivre la voie de son homologue américain.

"Catastrophique". C'est l'adjectif employé par Alain Finkielkraut pour dénoncer la décision historique de Donald Trump de reconnaîre Jérusalem comme la capitale d'Israël. Invité ce dimanche de "L'Entretien d'Audrey" sur LCI, le philosophe et écrivain s'est prononcé contre le choix du président des États-Unis, qui a d'ailleurs ravivé les tensions autour de la bande de Gaza. 


"Je partage l'attachement à Israël, de tous les juifs, mais d'un autre côté, la décision de Trump me paraît catastrophique parce qu'elle risque d'embraser la région, parce qu'elle risque d'empêcher la reprise des négociations entre les Palestiens et les Israéliens. Les Américains auraient dû procéder tout autrement", a-t-il regretté, fustigeant également la position du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu : "Il ne propose rien aux Palestiniens. Il les pousse au désespoir et à l'extrémisme."

Dans la foulée de cette prise de position par Trump, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) et le Consistoire ont appelé dès jeudi le président français Emmanuel Macron à faire de même. Une déclaration qui ne fait pas l'unanimité au sein de la communauté juive, allant même jusqu'à la crisper, a estimé Finkielkraut. "Le Crif me semble sortir de ses prérogatives et je ne suis pas sûr qu'il soit répresentatif dans le monde juif. La plupart des juifs, pas tous, sont attachés à Israël, soucieux d'Israël et sont conscients de la vulnérabilité d'Israël (...). Il n'en reste pas moins que tous les juifs ne sont pas d'accord avec la politique de Netanyahu. Le Crif, au lieu de demander à Macron de s'aligner sur Trump, devrait lui ne pas s'aligner sur Netanyahu et le gouvernement d'Israël parce que ces décisions peuvent être et doivent être discutées."

En vidéo

Emmanuel Macron sur Jérusalem : "Je lance un appel au calme et à la responsabilité"

Interrogé sur une (possible) montée de l'antisémitisme en France suite à ces deux décisions communes qu'il "dénonce", Alain Finkielkraut a estimé qu'il "était possible qu'elles alimentent cette haine". "Aujourd’hui, il y a en effet un nouveau antisémiste qui prend prétexte de la situation faite aux Palestiniens pour attaquer, voire molester, des juifs comme on l'a vu tout récemment à Livry-Gargan (en Seine-Saint-Denis, ndlr). Ce prétexte palestinien ne doit pas être accepté." 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter