VIDÉO - Jérusalem : deux policiers israéliens tués après une attaque à l'arme à feu dans la Vieille ville

International
DirectLCI
FUSILLADE - Trois assaillants ont ouvert le feu dans la Vieille ville de Jérusalem vendredi matin, tuant deux policiers israéliens et en blessant un autre, avant d'être abattus sur l'esplanade des Mosquées. C'est l'incident le plus sérieux de ces dernières années dans cette zone hyper-sensible, au cœur du conflit israélo-palestinien.

Une grave montée en tension. Si les 20 derniers mois ont vu une recrudescence du nombre d'attaques à l'arme blanche contre les forces de l'ordre israéliennes commises par des Palestiniens - agissant généralement seuls - les événements de ce vendredi sont la première attaque d'une telle ampleur à l'arme à feu depuis des années à l'intérieur des remparts de la Vieille ville.


Car plus tôt dans la matinée, trois assaillants ont ouvert le feu dans le cœur de la cité, blessant d'abord grièvement deux policiers - avant que ces derniers ne succombent quelques heures plus tard - et un troisième plus légèrement. Ces trois individus ont ensuite pris la fuite en direction de l'esplanade des Mosquées, avant d'y être abattus. Les deux policiers étaient âgés de 22 et 30 ans, a précisé la porte-parole de la police.

Nous devrons réévaluer toutes les dispositions de sécurité sur le mont du Temple et ses environs. J'appelle les leaders de chaque côté à maintenir le calme à JérusalemLe ministre israélien de la Sécurité publique

Dans la foulée de cette fusillade, la police a annoncé que toutes les entrées de l'esplanade des Mosquées avaient été fermées et que les prières du vendredi n'auraient pas lieu sur l'édifice, situé à Jérusalem-Est annexée et occupée par Israël. Le ministre israélien de la Sécurité publique Gilad Erdan s'est rendu sur place et a qualifié l'attaque d'"événementt extrêmement grave". "Nous devrons réévaluer toutes les dispositions de sécurité sur le mont du Temple (appellation qui désigne l'esplanade des Mosquées pour les juifs, ndlr) et ses environs. J'appelle les leaders de chaque côté à (...) maintenir le calme à Jérusalem", a-t-il ajouté. 

Selon les médias israéliens, c'est la première fois depuis 2000, au moment de l'explosion de la deuxième intifada, que les prières du vendredi sont annulées. Le mufti de Jérusalem Mohammed Hussein a dénoncé le bouclage de l'esplanade des Mosquées et l'annulation des prières, dans des déclarations à des journalistes depuis la Vieille ville. Les autorités israéliennes "ne veulent pas que nous nous rendions à la mosquée al-Aqsa", a-t-il indiqué. Al-Aqsa se trouve sur l'esplanade des Mosquées, le troisième lieu saint de l'islam. En contrebas, le mur des Lamentations, désigné sous le nom de mont du Temple par les juifs, est le lieu le plus sacré du judaïsme. 

"Le statu quo sera préservé", a indiqué Benjamin Netanyahu, dans une tentative de rassurer les Palestiniens. Selon un statu quo en vigueur depuis plusieurs décennies, les juifs sont autorisés à visiter l'esplanade mais pas à y prier. Depuis octobre 2015, Israël et les Territoires palestiniens sont en proie à des violences qui ont causé la mort de 277 Palestiniens, 42 Israéliens, deux Américains, deux Jordaniens, un Érythréen, un Soudanais et une Britannique, selon un décompte de l'AFP.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter