VIDÉO - Jeux olympiques : à Rio, les installations sont à l'abandon

VIDÉO - Jeux olympiques : à Rio, les installations sont à l'abandon

JO - Village fantôme, sites olympiques inutiles…. Un an après les Jeux olympiques d'été organisés au Brésil, de nombreuses installations tombent en ruine. Les grands projets sur l'utilisation de ces espaces ont été abandonnés alors que le pays traverse une grave crise politique et économique.

Un triste spectacle. Un an après, il ne reste pas grand-chose des Jeux d’été de Rio en 2016. Les infrastructures installées à l’occasion des JO sont à l’abandon. En effet, le village olympique qui devait être transformé en résidence de luxe est une ville fantôme. Les 31 immeubles sont vides. Afin d’éviter toute mauvaise publicité, l’entreprise brésilienne qui gère ce lotissement refuse toutes les sollicitations des journalistes. Le site est complétement désert alors qu’il devait accueillir plus de 15.000 personnes. De plus sur les 3.600 appartements, 300 seulement ont été vendus à de riches Brésiliens. Un fiasco. Les prix pratiqués sont en cause dans un pays en pleine crise économique. A l’image de ce gâchis, le stade Maracana est dans un état de délabrement.

Lire aussi

Un budget qui a explosé

Avant les JO, le gouvernement avait promis que tout serait réutilisé. Par ailleurs, il avait tenté de convaincre coûte que coûte les Brésiliens dont la majorité était sceptique qu’il n’y aurait aucun gaspillage. Or faute de moyens, les autorités n’ont pas pu tenir parole laissant à l’abandon les infrastructures. Le budget a doublé à l’arrivée et l’organisation a coûté 10 milliards d’euros.  Une facture salée pour le Brésil en pleine crise économique et politique.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : l'Allemagne prévoit un assouplissement des restrictions dès le 8 mars

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : Nicolas Sarkozy invité du JT de 20H de TF1 mercredi

Mesures de restriction : pourquoi Emmanuel Macron fixe-t-il un horizon de "4 à 6 semaines" ?

Les 65-75 ans avec comorbidités "peuvent se faire vacciner" avec AstraZeneca, annonce Olivier Véran

Lire et commenter