#JusticeforAhmaud : le meurtre qui scandalise l'Amérique

#JusticeforAhmaud : le meurtre qui scandalise l'Amérique
International

POLEMIQUE - Ahmaud Arbery, un jeune homme de 25 ans, a été tué en février dernier par un père et son fils. Ces deux derniers, qui l'avaient confondu avec un cambrioleur, n'ont pas été inquiétés par la justice. Jusqu'à la diffusion, mardi, de la vidéo de leur geste.

"J'ai mal au ventre et j'ai du mal à regarder cette vidéo". A l'image du comédien Michael B. Jordan, ils sont nombreux, célébrités comme anonymes, à découvrir depuis quelques jours avec effroi comment est mort Ahmaud Arbery. Ce jeune noir de 25 ans a été abattu en février dernier, pris par erreur pour un cambrioleur par deux hommes, un père et son fils. Deux individus identifiés rapidement mais toujours pas inquiétés par la justice.

La vie d'Ahmaud Arbery a basculé en quelques minutes, le 25 février dernier, dans le comté de Brunswick (Georgie). Ce jour-là, le jeune homme part faire un footing, sa course l’entraînant devant le domicile de Gregory McMichael. Depuis son jardin, cet ancien policier voit passer Ahmaud et, aussitôt, décide de partir à ses trousses. "Travis, le type est en train de courir, allons-y", lance le père à son fils, d’après le rapport de police obtenu par le New York Times. Les deux hommes sont en effet convaincus qu'il s'agit d'un cambrioleur en fuite. Gregory McMichael l'aurait même aperçu avoir un comportement suspect la veille. En outre, il ressemblait au profil d'un suspect diffusé en ville depuis quelques jours. 

Une "raison solide" de penser qu'il s'agissait d'un cambrioleur

Armés d’un un fusil de chasse et d'un magnum.357, les deux hommes prennent leur pick-up et partent à la recherche d'Ahmaud Arbery. Un voisin les rejoints peu après, et tous trois retrouvent rapidement le joggeur. Une dispute éclate alors, Travis McMichael et Ahmaud Arbery en venant aux mains. Jusqu'au drame. "Travis a tiré une fois et puis une seconde plus tard, il y a eu un deuxième tir",  détaille le rapport de police. 

Un rapport qui, rapidement, va pourtant dédouaner le père, son fils et leur ami. Selon le document, après avoir vu Ahmaud Arbery tomber au sol, le père et le fils ont vérifié s’il était armé. Il ne l'était pas mais, selon eux, il semblait avoir "mis sa main sur son pantalon" la veille quand il avait été aperçu, laissant croire qu’il était armé. Autre atout des McMichael : une lettre rédigée par George Barnhill. Ce procureur, en poste à l'époque, assure qu'ils avaient "une raison solide" de penser qu'Arbery pouvait être suspecté de cambriolages, raison pour laquelle ils ne pouvaient pas être poursuivis.

Un grand jury bientôt convoqué

Il faudra donc attendre la diffusion de la vidéo, il y a quelques jours, pour que ce fait divers refasse surface. Relayée mardi par Shaun King, un militant en faveur des droits de l'homme, la séquence se répand comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. Avant d'être reprise par les médias. "C’est un meurtre. C’est horrible ne serait-ce que de regarder ça. Toute la ville l’a vu. Et nous devons rester calmes parce que c’est une vidéo choquante, c’est très douloureux à regarder, et cela nous confirme ce que nous savions déjà : un homme a été tué et les deux autres sont en liberté", a réagi pour le site Daily Beast la tante de la victime.

En quelques jours, ce fait divers a relancé le débat aux Etats-Unis concernant les morts de plusieurs personnes noires (Michael Brown, Charleena Lyles, Tamir Rice, Stephon Clark...) aux mains de la police. Des affaires qui ont été très médiatisées ces dernières années, donnant notamment naissance au mouvement "Black Lives Matter" ("La vie des noirs compte"). "La vidéo est claire : Ahmaud Arbery a été tué de sang-froid. Il mérite la justice et la mérite maintenant. Il est temps de mener une enquête rapide, complète et transparente sur son meurtre", a réagi Joe Biden, candidat démocrate à la prochaine élection présidentielle.

Lire aussi

La mort d'Ahmaud Arbery, elle, pourrait (enfin) connaitre un tournant judiciaire. La diffusion de la vidéo a en effet poussé Tom Durden, procureur en Georgie, de se saisir de l'affaire. Celle-ci devrait prochainement être portée devant un grand jury, l'institution chargée de déterminer si une accusation doit être retenue en vue d'un procès.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent