VIDEO - "Keep calm !" : le coup de colère d'Emmanuel Macron face aux forces de sécurité israéliennes à Jérusalem

Macron s'emporte à la basilique Sainte-Anne
International

Toute L'info sur

La présidence Macron

INCIDENT - Emmanuel Macron a vigoureusement rappelé à l'ordre les forces de sécurité israéliennes à l'entrée de la Basilique Sainte-Anne, à Jérusalem-Est, un site qui appartient à la France. "Je n'aime pas ce que vous venez de faire devant moi", a-t-il lancé en anglais, demandant aux policiers de quitter les lieux.

Gros moment de tension, mercredi peu après 15 heures, lors de la déambulation d'Emmanuel Macron à Jérusalem, au deuxième jour de son déplacement en Israël. Lors d'une scène d'une grande confusion, à l'entrée de la Basilique Saint-Anne, à Jérusalem-Est, le président français s'en est pris aux forces de sécurité israéliennes qui étaient entrées, selon notre correspondante sur place, dans ces lieux qui appartiennent à la France. 

"Hey guys, keep calm" [restez calme en français], a crié le chef de l'Etat à l'attention de ces policiers. "Ici, nous connaissons parfaitement les règles", a-t-il lancé, toujours en anglais, manifestement très irrité que les forces de sécurité israéliennes aient pénétré dans la basilique. 

En vidéo

"Go outside !" Moment de tension entre Emmanuel Macron et les forces de sécurité israéliennes

Lire aussi

La scène a été filmée de face par une journaliste du Parisien

"Sortez !"

"I don't like what you did in front of me", a-t-il ajouté, ce qui signifie : "Je n'aime pas ce que vous avez fait devant moi". "Sortez !", a ensuite intimé le chef de l'Etat, "respectez les règles qui sont les mêmes depuis des siècles. Elles ne changeront pas avec moi..."

Quelques instants plus tard, en français, Emmanuel Macron a expliqué son moment de colère. "Les forces de sécurité n'ont pas à être présentes" à l'intérieur de la basilique, puisque "la sécurité française" y est assurée. 

Plus tôt dans la journée, une altercation avait déjà eu lieu entre le GSPR, la sécurité présidentielle, et les forces de sécurité israéliennes. 

En vidéo

Altercation entre le GSPR et la police israëlienne à l'église Saint-Anne de Jérusalem

Des scènes tendues qui rappellent le célèbre coup de colère de Jacques Chirac lors de son déplacement en Israël, en octobre 1996.

"Il n'y a pas eu d'incident", a toutefois minoré Emmanuel Macron, interrogé sur ce parallèle avec Jacques Chirac en fin d'après-midi par des journalistes. "Nous nous sommes serrés la main. On peut se dire [...], même quand le ton monte, avec beaucoup d'amitié", a insisté le président français, qui voit dans son déplacement un occasion de "lever des malentendus" nés précisément lors du déplacement de Jacques Chirac en 1996.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent