Suède : l'extraordinaire déplacement d’une ville pour agrandir une mine de fer

Suède : l'extraordinaire déplacement d’une ville pour agrandir une mine de fer

GIGANTISME - Kiruna, en Suède, va déménager son centre-ville et des milliers d'habitants. Objectif : que la mine de fer de la ville, la plus grande du monde, puisse continuer d'être exploitée.

La démesure à tous les niveaux. Pour permettre à la plus grande mine de fer souterraine du monde d'être toujours exploitée à l'avenir, la ville de Kiruna, en Suède, va tout simplement déménager son centre-ville. En cause, la localisation du filon.

La compagnie qui exploite la mine, la société LKAB - détenue à 100% par l'État suédois -, a convaincu la municipalité : elle extrait chaque jour jusqu'à 100.000 tonnes de fer, soit 90% de la quantité produite à l'échelle européenne. Une quantité suffisante pour fabriquer quotidiennement jusqu'à 13 tours Eiffel.

Toute l'info sur

LE WE 20H

"Le filon de fer est long de 4 km du Sud au Nord. Et il plonge à 60° dans le sol, ce qui veut dire que plus on va profond, plus on se déplace vers l'est", où se trouve le centre-ville de la commune, précise à TF1 Anders Lindberg, porte-parole de la compagnie minière LKAB à Kiruna.

Si la mine va mal, la ville va mal- Nina Eliasson, responsable de l'urbanisme

Dès lors, 8000 des 22.000 habitants de la cité - créée en 1898, à 200 km au nord du cercle arctique pour accompagner le développement de la mine - vont être déplacés de 3 km vers l'est. Nina Eliasson, responsable de l'urbanisme à la mairie de Kiruna, précise que "la mine emploie beaucoup de gens. Et comme elle est le principal employeur, ça a des conséquences sur tout. Si la mine va mal, la ville va mal"

La principale activité des riverains permet d'ailleurs à Kiruna d'afficher un salaire moyen bien supérieur au reste du pays. Un ouvrier travaillant chez LKAB gagne ainsi, en moyenne, l'équivalent de 3500 euros par mois.

Le quotidien suisse Le Temps souligne que LKAB a racheté une partie des terrains où le centre-ville doit être déplacé. Objectif : proposer aux habitants relocalisés de nouvelles maisons ou, pour ceux qui sont locataires, des loyers bloqués. 

Le déménagement, dont la fin est prévue pour 2033, a déjà commencé. Certains bâtiments sont détruits, d'autres déplacés. Alors, Kjell Törmä, photographe, immortalise chaque rue et bâtiments "pour avoir un souvenir".

Lire aussi

L'un des bâtiments emblématiques de la ville doit lui aussi être relocalisé : l'église, l'une des plus belles du pays, "un cadeau de la compagnie de la mine aux habitants de Kiruna", explique Lars Jarlemyr, pasteur de Kiruna depuis sept ans. 

Reste encore à décider du sort des tombes qui entourent l'édifice. "Ce n'est pas encore décidé. Comme ils sont enterrés, ça parait difficile de creuser et de les déplacer. Il faudrait les laisser et, pour le symbole, prendre un peu de terre et la mettre dans le nouveau cimetière", poursuit l'homme d'Église. Les vivants, eux, n'auront pas le choix : ils devront plier bagage.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Angleterre : dépassé par le variant Delta, Boris Johnson décale d'un mois le déconfinement

Bac : diplômé à 13 ans en 2015, que devient Pierre-Antoine ?

Que se passe-t-il à la centrale nucléaire de Taishan, en Chine ?

EN DIRECT - Covid-19 : 63 décès en 24 heures, la pression sur l'hôpital poursuit sa décrue

VIDÉO - Mila dans Sept à Huit : "Peut-être que je serai morte dans cinq ans"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.