VIDÉO - L'Inde fait face à sa pire invasion de criquets depuis 30 ans

Description du sujet digitial
International

ENVIRONNEMENT - L'Inde combat ces jours-ci sa pire invasion de criquets pèlerins en près de trois décennies, des essaims de dizaines de millions d'insectes détruisant des cultures dans les régions septentrionales.

C'est un mal qui ronge actuellement l'Afrique, le Kenya, la RDC, le Soudan et la Somalie en particulier. Mais l'Inde n'est pas en reste. "Huit à dix essaims, mesurant chacun environ un kilomètre carré, sont actifs dans des poches du Rajasthan et du Madhya Pradesh", a fait savoir le ministère indien de l'Agriculture cette semaine. Il s'agit de la pire invasion de criquets pèlerins qu'ait connu le pays depuis 1993.

Les autorités indiennes recourent à des drones, des tracteurs et des voitures pour suivre et asperger de pesticides ces insectes, qui ont déjà ravagé près de 50.000 hectares de cultures depuis leur arrivée en avril dans l'État du Rajasthan (ouest), en provenance du Pakistan. D'autres essaims, plus petits, ont, en parallèle, été signalés dans les États du Maharashtra, du Gujarat, du Penjab et d'Uttar Pradesh, menaçant de nombreuses cultures estivales et plantations, et aggravant ainsi la situation d'agriculteurs déjà fragilisés par le confinement national décrété contre la pandémie de Covid-19.

40 millions de criquets consomment autant de nourriture que 35.000 personnes

Un grand essaim a déferlé mardi sur des quartiers d'habitation de Jaipur, la capitale du Rajasthan, ce qui a contraint certains de leurs habitants, sidérés, à faire du bruit en frappant des ustensiles pour empêcher les criquets de rester accrochés aux arbres et aux maisons. Originaire d'Afrique de l'Est, cette invasion a, selon les experts, été favorisée par des pluies inhabituelles et torrentielles tombées entre les mois de mars et de mai.

"Cette année, les criquets se reproduisent 400 fois plus que d'habitude en raison des conditions climatiques favorables créées par des pluies inhabituelles et une activité cyclonique accrue", a en effet expliqué à l'AFP Devinder Sharma, un analyste spécialiste des questions agricoles, précisant ensuite que "les criquets pèlerins causent des destructions pires qu'une sécheresse, non seulement les cultures sont détruites, mais les arbres cassent sous le poids"...

Un criquet pèlerin mange chaque jour son propre poids en nourriture, soit environ deux grammes, selon l'observatoire des acrididés des Nations unies. Un essaim d'un kilomètre carré contient environ 40 millions de criquets, qui consomment en une journée autant de nourriture que 35.000 personnes. Les criquets pèlerins détruisent chaque année des cultures au Rajasthan, à  la frontière pakistanaise, mais il est extrêmement rare de les voir s'aventurer plus loin dans le territoire indien.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent