VIDÉO - L’Oklahoma à nouveau secoué par un séisme : la fracturation hydraulique en cause ?

DirectLCI
CATASTROPHE "NATURELLE" - L’Oklahoma a été secoué par un séisme de magnitude 5.3 dans la nuit de samedi à dimanche. Pour les scientifiques, l'exploitation intensive de puits de pétrole via la fracturation hydraulique pourrait favoriser ce type de tremblement de terre.

Il était presque 20 heures aux États-Unis, lorsqu’un séisme de magnitude 5.3 sur l’échelle de Richter a secoué l’Oklahoma dimanche.  L’épicentre se trouvait à un peu plus de trois kilomètres à l’ouest de Cushing, une ville d’environ huit mille habitants. Sept États ont pu ressentir les mouvements sismiques.

Aucune personne n’a été blessée, mais la région regorge de bâtiments vieux de plus d’un siècle qui n’ont pas supporté les secousses. Le maire de la ville, Steve Spears, a affirmé que "la police a immédiatement bouclé certains des anciens bâtiments, en raison de risques d’effondrement".

Ces derniers mois, la région a été plusieurs fois victime de séismes de magnitude supérieure à cinq. Ces tremblements de terre à répétition ne seraient pas liés à des causes naturelles, expliquent les scientifiques. 

300 accidents de pipelines par an

L’Institut américain de géophysique (USGS) a publié une étude au printemps dernier qui démontre que la fracture hydraulique, la technique utilisée pour extraire le pétrole et le gaz de schiste, augmenterait significativement le nombre de tremblements de terre. En effet, pour y parvenir la roche est fissurée grâce à des injections à haute pression d'eau mélangée à du sable et des produits chimiques et cela modifierait la pression sur les lignes de faille. 

Depuis que la fracturation hydraulique est exploitée, le nombre de séismes de magnitude supérieur à trois est passé de deux entre 1975 et 2008, à 585 en 2014, affirme l'USGS.  Si l’Oklahoma est l’État présentant le plus de risques, au total, ce sont près de sept millions d’Américains qui sont concernés dans tout le pays. 

Ce danger viendrait s’ajouter aux nombreux autres que représentent les pipelines. La "Pipeline and Hazardous Materials Safety Administration" a recensé le nombre d’accidents significatifs liés à cette technique, soit ceux qui ont causé plus de 50.000$ de dommages, qui ont conduit au décès ou à l’hospitalisation de quelqu’un, ou au cours desquels plus de cinq barils se sont déversés et ont causé un incendie ou une explosion. 

Les résultats sont inquiétants. Entre 1986 et 2013, il y aurait eu en moyenne 300 accidents par an aux États-Unis. 

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter