La France "fautive" mais pas "complice" du génocide au Rwanda

La France "fautive" mais pas "complice" du génocide au Rwanda

Quel rôle notre pays a-t-il joué dans le génocide rwandais, à l'origine de 800.000 morts ? Un long rapport vient d'être publié. Il conclut à de lourdes responsabilités, mais exclut la complicité.

C'est un document pour l'histoire, mais au combien douloureux pour la France. Mille deux cents pages au total, remise hier au président Macron qui ressemble à un réquisitoire cinglant et sans appel contre l'Elysée de François Mitterrand. Du temps du génocide rwandais, 800 000 membres de la communauté Tutsi ont été tués en quelques semaines seulement par leurs ennemis hutus. Pour Vincent Duclert, président de la commission d'historiens auteurs du rapport "La France, le Rwanda et le génocide des Tutsi (1990-1994)", Paris a joué à l'époque un rôle capital dans ce massacre.

Toute l'info sur

Le WE

Pour la première fois en 27 ans, les historiens ont eu un accès quasi total aux archives diplomatiques et militaires. Partout, apparaît le même soutien inconditionnel au régime Hutu, peu importe sa violence de la part de la présidence française. "Elle est demeurée aveugle face à la préparation d'un génocide (...) la recherche établit donc un ensemble de responsabilités, lourdes et accablantes", un extrait du rapport de la commission sur le Rwanda. Mais le rapport exclu faute de preuves toute complicité française dans ces crimes.

Le Lieutenant-colonel Guillaume Ancel, ancien militaire, auteur du livre "Rwanda, la fin du silence" aux Éditions Les Belles Lettres, était présent au Rwanda en 1994. Pour lui, les militaires ont pourtant participé à l'inavouable. Le document a un mérite. Il brise en partie ce qui restait jusqu'à présent un tabou de l'histoire française. Patrick de Saint-Exupéry, journaliste et auteur du livre "Complices de l'inavouable - La France au Rwanda", aux éditions Les Arènes, en est convaincu.

Emmanuel Macron en a fait hier la promesse. Que toutes ces archives soient enfin rendues publiques, et ce, dans les prochains jours, dans un souci de transparence et de réconciliation.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 5.900 malades en réa, 385 décès en 24h

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

Lire et commenter