La junte défiée par la rue en Birmanie

La junte défiée par la rue en Birmanie

En Birmanie, la dirigeante Aung San Suu Kyi a été à nouveau assignée à résidence après un coup d'État il y a une semaine. La junte a tenté de couper les liens de communication, mais des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues samedi

La capitale économique de la Birmanie, Rangoun, défie les généraux. Les manifestants ont comme slogan : "A bas la dictature". Leur héroïne est la cheffe du gouvernement Aung San Suu Kyi, renversée par un coup d'État militaire alors que son parti a remporté plus de 60% des voix aux dernières élections. "J'ai décidé de résister face à la dictature", confie une militante. "Nous allons nous battre et sacrifier nos vies s'il le faut. Nous sommes là pour les générations futures et pour mettre fin à cette dictature militaire", explique un autre.

Toute l'info sur

Le WE

La dictature est bien visible dans les rues de la capitale Naypyidaw où Aung San Suu Kyi est assignée à résidence. Elle est accusée d'avoir importé illégalement des talkie-walkies. Un prétexte invoqué par un général au pouvoir qui compte bien annuler au plus vite les élections. Mais son coup de force ne fait que renforcer la popularité d'une icône mondiale. Ayant un prix Nobel de la paix, la dirigeante reste à 75 ans l'unique rempart contre la dictature. Ses proches ont eu le temps d'appeler au soulèvement avant d'être interpelés.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Épidémie "préoccupante", restrictions locales : le gouvernement change de ton

EN DIRECT - Covid-19 : près de 32.000 nouveaux cas mercredi, du jamais vu depuis novembre

Covid-19 : quels sont les départements où la situation est "très préoccupante" ?

Les patients hospitalisés pour Covid de plus en plus jeunes : comment l'expliquer ?

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Lire et commenter