VIDÉO - La première rencontre officielle entre Donald Trump et Vladimir Poutine

DirectLCI
DIPLOMATIE - Pour la première fois depuis son élection à la Maison, Donald Trump a rencontré Vladimir Poutine, en marge du sommet du G20, ce vendredi. Une rencontre très attendue alors que le président américain est très critiqué quant à sa réponse face à l'ingérence de la Russie dans la dernière élection présidentielle.

C’était probablement la rencontre bilatérale la plus attendue de ce sommet du G20 à Hambourg. Les présidents américain Donald Trump et russe Vladimir Poutine se sont entretenus ce vendredi après-midi en marge du sommet. Englué dans des accusations de collusion avec la Russie lors de l’élection présidentielle de 2016, Donald Trump jouait une partition délicate lors de cette rencontre.

En vidéo

Retour sur les moments gênants de Donald Trump avec des leaders étrangers

"C'est un honneur d'être avec vous", a déclaré Donald Trump. "Je suis ravi de vous rencontrer et j'espère que (...) cette rencontre se soldera par un résultat positif", a indiqué pour sa part Vladimir Poutine. 


"Nous avons parlé au téléphone, mais les conversations téléphoniques ne sont jamais suffisantes", a-t-il souligné. Les deux dirigeants se sont entretenus au téléphone à quatre reprises depuis l'arrivée de Donald Trump au pouvoir aux Etats-Unis, mais n'ont encore jamais eu de tête-à-tête.

C’était la première fois que les deux hommes se rencontraient depuis l’élection de Donald Trump. Avant que le milliardaire prenne la présidence, ils s’étaient rencontrés à plusieurs reprises dans le cadre de conférence notamment. Même si, tout au long de la campagne des primaires républicaines, Donald Trump disait bien connaître le président russe, il avait changé de braquet en disant "ne pas le connaître du tout" lorsque les premières informations sur une possible interférence de la Russie dans l’élection présidentielle américaine étaient apparues dans la presse. Des accusations qui ont été brièvement évoquées pendant la rencontre, Vladimir Poutine se montrant "très robuste" sur ce sujet, a assuré Rex Tillerson, le secrétaire d'Etat.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter