VIDÉO - Laurent Fabius : "J'avais senti que le Brexit allait venir"

DirectLCI
ANALYSE - Lors du référendum du 23 juin 2016, 52% des Britanniques avaient voté pour une sortie de l'UE et beaucoup ont cité l'immigration comme l'une de leurs principales motivations. Pour l'ancien ministre des Affaires Étrangères, il n'y a pas eu de surprise...

"Le Royaume-Uni ne peut pas continuer à faire partie du marché unique". Très attendu après des mois à manier le flou, le discours de Theresa May, qui s'exprimait ce mardi dans l'optique de mettre en place le Brexit, a été salué par les eurosceptiques. La Première ministre britannique a défendu une rupture "claire et nette" avec l'Union européenne pour retrouver le contrôle de l'immigration.

Ça fait 40 ans que les gouvernements britanniques disent que l'Europe est un problème"Laurent Fabius

Invité de 24 heures en questions sur LCI, l'ancien ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a rappelé qu'il n'avait pas été surpris par l'issue du référendum. "Ça fait 40 ans que les gouvernements successifs des Britanniques, qu'ils soient Labour ou conservateurs, expliquent que l'Europe c'est un problème. Il n'y a jamais eu d'enthousiasme. Au moment où monsieur Cameron, pour des raisons politiciennes pas très flambantes - il avait intégré un référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne à ses promesses électorales - , explique tout d'un coup qu'il faut voter Europe, les Anglais se sont souvenus de ce qu'on leur a raconté pendant ces années. Il y a eu la question migratoire qui a beaucoup joué."


Et le désormais président du Conseil constitutionnel de continuer, revenant sur le fait divers qui avait ensanglanté la campagne :  "Je pense personnellement que s'il n'y avait pas eu l'assassinat de cette pauvre députée travailliste (Jo Cox), le score aurait été encore pire. J'avais senti que le Brexit allait venir", a-t-il déclaré.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter