Le cacao du Gabon, une matière première d'exception

Le cacao du Gabon, une matière première d'exception

Chaque année, le chocolat, surnommé l'or brun, génère près de 500 milliards d'euro à travers le monde. Celui du Gabon figure parmi les matières premières d'exception utilisées par les maîtres chocolatiers du pays.

Il a fallu une année entière à Jean-Paul Hévin pour imaginer et créer son œuf de Pâques, inspiré des années 60. Pour ses œuvres d'art, le maître chocolatier utilise des fèves africaines. Et selon lui, chacune des origines a ses particularités. Cette matière première indispensable aux recettes de Jean-Paul Hévin se trouve notamment au Gabon, à 5 300 kilomètres de l'Hexagone.

Toute l'info sur

Le WE

Le pays souhaite notamment redynamiser sa filière cacao et proposer des produits exceptionnels. Son objectif est de produire 3 000 tonnes de cacao par an d'ici cinq ans, très loin derrière le leader mondial, la Côte d'Ivoire avec 1,5 million de tonne par an.

A Libreville, Julie Nyangui nous fait découvrir sa plantation de 1 000 cacaoyers. Elle a pour ambition de produire jusqu'à dix tonnes de fèves par an. Pour se démarquer, elle a fait le choix de ne pas exporter ses fèves, mais de les transformer dans sa boutique et de proposer ses propres créations. Son savoir-faire a déjà été récompensé sur la scène internationale. Au Gabon, la tonne de fèves de cacao se négocie aux alentours de 2 000 euros. Avec cette stratégie, Julie peut doubler voire tripler cette valeur.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Aujourd’hui, je me dis : plus jamais" : ces infirmières qui, après un an de Covid, ont rendu leur blouse

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

EN DIRECT - Covid-19 : Castex envisage "des mesures supplémentaires" face à la situation au Brésil

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

Covid-19 : la pandémie à un point "critique", alerte l'OMS

Lire et commenter