VIDÉO - Le Nord de la Chine à la tête dans un nuage... de pollution depuis le 1er janvier

International
SMOG - Depuis le début de l'année 2017, le Nord de la Chine est confronté à un épisode de pollution d'une intensité exceptionnelle. Les autorités chinoises ont dû prendre des mesures drastiques pour tenter de ralentir le phénomène.

Si Paris n'a pas été gâté par les pics de pollution ces dernières semaines, ce n’est rien comparé à Pékin et au nord de la Chine. Depuis le 1er janvier, le nord de la Chine est recouvert d’un épais nuage de pollution. Même s’il a diminué en intensité lundi 2 janvier, le smog a fait son retour en force ce mardi. Une situation qui entrainé l’annulation de centaines de vols dans plusieurs villes du nord à cause de l’absence de visibilité et l’arrêt de la circulation de la totalité des bus en direction de Pékin.

Des taux 50 fois supérieurs à la moyenne

Depuis trois jours, la concentration de particules fines dans l’atmosphère a dépassé les 500 microgrammes par mètres cubes à Pékin, soit 50 fois le seuil fixé par l’Organisation mondiale de la Santé. Des taux très élevés qui obligent les habitants à se couvrir de masques chirurgicaux pour tenter de se protéger des méfaits des particules fines.


Pour endiguer le problème, les autorités chinoises ont prôné la fermeture de centaines d’usines et la limitation de la circulation routière. Selon les autorités, le pic de pollution pourrait se poursuivre jusqu’en fin de semaine.

En vidéo

Particules fines et pics de pollution, le pourquoi du comment

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter