Le pape François en visite historique en Irak

Le pape François en visite historique en Irak

REPORTAGE - Un souverain pontife qui pose les pieds sur la terre irakienne, cela ne s'était jamais produit. Le pape François y a débuté une visite qui va durer jusqu'à dimanche. Samedi, il a rencontré le grand ayatollah chiite Sistani.

Un voyage à haut risque promis par le pape aux Irakiens il y a sept ans, lorsque le pays était encore en guerre. Pour cet événement historique, il met fin à quinze mois d'isolement en raison du Covid. Acclamé par la foule de Bagdad, il doit composer avec les risques d'attentat. Le pape François retrouve le sourire au contact des chrétiens irakiens. Une communauté victime de plusieurs décennies de persécutions pour laquelle il délivre un message très politique.

Toute l'info sur

Le WE

Le défi sécuritaire est important dans ce pays instable. Le pape doit parcourir 1 500 km en trois jours. Son premier déplacement commence demain à l'aube en direction de la ville sainte de Nadjaf. Il doit y rencontrer le leader spirituel des chiites irakiens contre l'avis de plusieurs milices armées et appeler à l'unité de toutes les religions. Dimanche, il s'envolera pour le nord du pays en direction de Mossoul. C'est dans cette ville que Daech a fait régner la terreur durant trois ans. Aujourd'hui encore, aucun homme politique n'ose s'y aventurer. Pour les 400 000 chrétiens qui vivent en Irak, face aux persécutions, ce geste est fondamental.

Le voyage se terminera à Erbil dimanche, où une grande messe en extérieur sera célébrée dans un stade placé sous haute surveillance.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Covid-19 : la France va durcir ses restrictions pour les voyages dans les pays les plus touchés

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

Lire et commenter